Grève Mayotte : des renforts sont envoyés sur place après 10 jours de violences urbaines

Vues : 173
greve-generale-mayotte-d

Grève générale et blocus, l’ile de Mayotte dans l’Océan Indien est aussi le théâtre d’une vague de violences urbaines sans précédent. Depuis dix jours, le 101ème département français est paralysé. Les syndicats ont déclenché une grève pour réclamer l’« Égalité réelle » avec la métropole.

Au téléphone cet après-midi sur l’antenne de France Info, le préfet de l’île, Seymour Morsi, se voulait rassurant sur la situation des mahorais, qui à la différence des autres habitants de l’archipel, a un niveau de vie plus satisfaisant. Selon lui, les informations qui relèvent de violence sur l’île sont exagérées. Pourtant hier, sur l’antenne de la chaîne France Outremer à Malakoff (Seine Saint-Denis), la Ministre George Pau Langevin, a annoncé l’envoi imminent de renforts sur l’île : « On a une question de maintien de l’ordre, j’ai vu ce matin le ministre de l’intérieur, des renforts vont arriver dans l’île ». Plutôt, dans la matinée, la Ministre des Outre-Mers, s’est entretenue avec le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve. Selon les informations de FranceInfo, ce sont des gendarmes qui arrivent sur l’île, pour calmer la situation.

greve-generale-mayotte-b

Ces dernières nuits des violences ont éclaté  dans différents quartiers de la capitale de Mamoudzou, Mtsapéré, Cavani, Doujani. Des barrages bloquent la circulation routière depuis mercredi, au nord, au sud et au centre de l’île. En marge de ces manifestations, certains jeunes ont dégradé et incendié des véhicules.

greve-generale-mayotte-g

La Ministre George Pau Langevin, souligne « le comportement des jeunes, à la dérive, qui ne sont pas encadrés et n’ont pas de perspectives ». Elle propose de renforcer la prise en charge de la protection jeunesse à Mayotte.
Et en réponse aux mouvements sociaux, la Ministre des Outre-Mers, indique qu’en matière sociale, « sur Mayotte, on a besoin d’inventer des règles pour ces rattrapages ». Des habitants qui réclament un alignement social à celui de la métropole, en manifestant pour « l’Égalité réelle ».

Depuis cinq ans que l’île est département français (31 mars 2011), larégion a des difficultés à se gérer et à se responsabiliser. La Cour des Comptes en janvier dernier a épinglé l’île, elle s’inquiète et dresse un bilan alarmant sur le processus de la départementalisation. L’institution écrit que, « Le pilotage financier de la départementalisation de Mayotte a été défaillant ».

Dorothée Audibert-Champenois

Photos : Mayot’ News