Grillages sur la plage de la Pointe Marin : Intervention de l’Assaupamar

Vues : 2704

Suite aux grillages installés sur la plage de la Pointe Marin ce dimanche 04 juin pour un évènement, l’Assaupamar s’est rendue sur place hier soir décidée à les faire enlever ! Voici ce qu’écrit l’association écologique sur sa page ce lundi matin :

« Nous sommes montés hier soir à 22h.
Nous avons rencontré l’organisateur de la soirée. Nous lui avons fait savoir qu’il ne pouvait pas barrer le littoral depuis 11h du matin pour sa soirée!!!!

Pour ne pas qu’effectivement que certains profitent de l’enlèvement pour semer le trouble dans la soirée, nous avons laissé. L’organisateur a promis de les enlever à 2h du matin.

Apparemment, il compte faire une deuxième soirée en fin de mois, là nous lui avons dis de prendre d’autres dispositions car nous interviendrons des les 1ères barricades.
Nous profitons pour dire que si les « habitations » rentrent dans le domaine public, ce serait déjà des lieux pour des activités événementielles ! !!!

Cela eviterait les conflits d’usage , comme hier soir sur la plage, ou l’utilisation de terre agricole comme à l’oasis, ou au bout du monde. …
Le problème de la réparation influe sur tous les aspects de notre pays.
En tout cas , il n’est pas tolerable que le littoral soit privatisé de quelques manières que ce soit!!!
Nous étudierons toutes les voies de recours, afin que le droit de circuler librement sur le littoral soit respecté.

Les organisateurs n’ont qu’à choisir des lieux respectant la liberté du littoral.
D’ailleurs l’organisateur nous a dit à avoir les autorisations du préfet, de la DEAL, de la mairie.
Qu’il nous les montre ! !!!

On ne peut pas sous prétexte d’argent, bafoué le patrimoine du pays!!!!
A force de vouloir tout faire , comme ailleurs, on finit par perdre les valeurs essentielles, et surtout souiller les combats de nos anciens pour la libre circulation du littoral notamment à la pointe du Marin.

L’ASSAUPAMAR était déjà intervenue par le passé.
An nou respecté ko nou! Pou yo pé sa respecté nou ! »