Guadeloupe : pic de naissances 9 mois après le carnaval

Vues : 2831

Chaque année c’est pareil, en Guadeloupe, beaucoup plus de bébés naissent neuf mois après la trêve carnavalesque. C’est le figaro.fr qui s’intéresse au phénomène dans un article paru il y a une dizaine de jours.

Si la fête trouve son apogée durant les jours gras de dimanche au mercredi des Cendres, les premières manifestations carnavalesques ont lieu dès janvier, le week-end notamment avec des défilés de groupes à pied. Et comme le note l’auteure de l’article Cécile Thibert, neuf mois après, c’est imparable, chaque année, vers octobre, novembre, les maternités accueillent beaucoup plus de mamans que d’ordinaire qui viennent accoucher.

La journaliste santé de figaro.fr s’appuie sur un rapport du Pr Philippe Kadhel, chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes, qui, avec des collègues de l’Inserm, a analysé tous les registres de naissance de la Guadeloupe entre les années 2000 et 2011. Le but était de comparer le nombre de naissances enregistrées par semaine, en octobre et novembre, à celui du reste de l’année.
Et les chiffres que ces spécialistes publient dans la revue « Plos One », sont éloquents. Si le nombre d’accouchements par semaine en période dite normale, c’est-à-dire de décembre à septembre avoisine les 104, en octobre-novembre, les naissances atteignent carrément les 129, soit 24 % de plus.
Enfin, un détail a encore interpellé les chercheurs. Ce phénomène de pic de naissances ne s’observe pas en 2009, tout simplement, car cette année-là, il n’y avait pas eu de carnaval en raison d’une importante mobilisation sociale qui  avait duré  quelques 44 jours en Guadeloupe mais aussi en Martinique.

Karen Théodose


1 commentaires :

  1. THEOLADE

    Pff…. le Figaro cible ce genre de phénomène dans quel but? Pour montrer quoi? Que les Domiens passent leur temps à forniquer? C’est à peu de mots près l’idée véhiculée par ce genre d’article facile alors que la Martinique et la Guadeloupe sont face à une démographie en berne, contrairement à la Guyane qui est une jeune nation avec une forte natalité, carnaval ou pas, et c’est dans l’ordre normal d’une construction d’une nation. Il y a toujours un pic suivi après d’une stagnation et d’une régulation, accompagné en général de l’éducation et l’acceptation dans les habitudes de vie d’une contraception. La moyenne d’enfant par famille est faible en Guadeloupe et en Martinique, les Académies ferment les postes et les classes, il y a une stabilité des cadres et une absence de renouvellement. La population est clairement vieillissante. Que le Figaro prenne en conséquence tout cet ensemble d’information et qu’il s’intéresse un peu plus aux problèmes persistants de ces départements et en ce moment en particulier de la Guyane, qui mène dans le calme et la détermination une marche et grève générale de grande ampleur contre toutes les dérives dénoncées depuis longtemps.

Les commentaires sont fermés