Hausse vertigineuse des demandes d’asile en Guyane

Vues : 131

Le nombre de demandeurs d’asile en Guyane s’est multiplié par 4,5 en tout juste deux ans. Ce sont les chiffres annoncés par le préfet de Guyane, Martin Jaeger : « 4 500 demandes d’asile enregistrées en Guyane mi-août » contre « 2 700 en 2015 » et « 1 000 en 2014 ».

En conséquence, le préfet de Guyane a annoncé vendredi une suspension provisoire des guichets d’accueil des demandeurs d’asile. Le service est « saturé » par « un stock de demandes » à traiter. Il dénonce en outre l’usage « abusif et opportuniste » de cette procédure.

Les demandes semblent provenir avant tout de migrants haïtiens, passant par le Brésil avec un visa humanitaire ou le Surinam avec un visa touristique. Leurs demandes sont systématiquement rejetées par l’Ofrpa (Office français de protection des réfugiés et des apatrides), car elles masquent en réalité des raisons économiques, lesquelles ne sont pas un critère de demande d’asile.

Ce flux massif provoque un goulot d’étranglement aux portes de la Guyane, empêchant les services préfectoraux d’œuvrer proprement auprès de ceux qui ont véritablement besoin de protection. Par an, moins de 150 personnes font une demande d’asile en provenance du Moyen-Orient, ces derniers obtiennent presque tous le statut de réfugiés via une procédure rapide de 3 mois.

Martin Jaeger milite aussi pour la création d’un Cada (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) de 150 places en Guyane. Pour le moment, les demandeurs d’asile sont pris en charge par la Croix-Rouge, déjà saturée, et la préfecture auprès d’hôtels et autres structures d’hébergement.

 

Texte : Mickaël Léonce
Photo : Reuters