Il s’appelait Aylan Kurdi et c’était « l’enfant de quelqu’un »

Vues : 14
petit-kurde-noye-b

Sa photo fait le tour du web depuis quelques heures ! Celle d’un enfant kurde noyé, échoué sur une plage turque. Les journaux européens en ont fait leur Une. Il s’appelait Aylan et c’était « l’enfant de quelqu’un » indique le journal anglais « The Independent ».

petit-kurde-noye-a

Une image choc pour une prise de conscience collective dans l’espoir de changer l’attitude de l’Europe face aux réfugiés, qui fuient leur pays.

Oui, il s’appelait Aylan Kurdi, il avait 3 ans et ses parents fuyaient la ville-frontière de Kobané en Syrie, épicentre des combats entre djihadistes de l’Etat islamique et miliciens kurdes. Le petit garçon est mort dans le naufrage de l’embarcation qui devait le conduire vers l’île de Kos. La mer Égée a rejeté onze corps mercredi 2 septembre, dont ceux d’Aylan en jaune et son frère Galip (photo-ci-dessous) ainsi que leur mère, Rihanna. Le père des enfants a survécu ! Ce dernier a confié à la presse vouloir retourner en Kobané pour y enterrer sa femme et ses fils !

aylan-et-galip

La photo du petit garçon face contre terre, sur une une plage turque a envahi les réseaux sociaux sous le mot-dièse #KiyiyaVuranInsanlik (« l’humanité échouée » en turc), qui est devenu l’un des mot-dièse les plus partagés sur Twitter.


1 commentaires :

  1. Myriam

    Il a fallu cela pour faire réagir ! Depuis des mois ces gens demandent de l’aide en fuyant leur pays en guerre et sont considérés comme des migrants et non comme des demandeurs d asile .En 2015 on laisse encore mourir des gens dans l’indifférence! A mettre des barbelés pour leur interdit l’accès!! Et il n’y a pas tres longtemps on commémorait la mort de milliers d hommes durant la guerre 39 -45 et des marches pour Charlie. Il faut croire que selon l’origine la mort ou la vie n’a pas la même valeur!!Des innocents qui trinquent encore dans des guerres !!Cela est déjà le cas! Tous ces gens qui meurent dans l indifférence.Que l’on refoule, ou comme ils disent « nous devons analyser chaque cas ! » pour voir s’il faut leur donner l’asile politique ! Pour eux c’est la guerre et les gouvernements occidentaux ferment les yeux ! ! Ils ne peuvent peut être arrêter le massacre, mais c’est déjà la réalité

Les commentaires sont fermés