Il violente sa danseuse à coup de pied, il est incarcéré 4 jours et libéré sous caution

Vues : 2567

Après un violent coup de pied à une de ses danseuses, le congolais Koffi Olomidé évoque « un moment d’égarement ».

IMG_9157(2)

 

Une image reprise par des milliers d’internautes. C’est une vidéo dans laquelle on aperçoit Koffi Olomidé, un célèbre chanteur congolais, donner un violent coup de pied à une des danseuses de son équipe. Indignés les lecteurs du Net n’ont pas hésité à rendre virale cette scène et des organismes de défense des femmes n’ont pas hésité à dénoncer le comportement du chanteur.
La star de la rumba congolaise a été mis en examen pour « coups et blessures volontaires » et incarcéré pour ces faits de violence, selon le magazine en ligne Life. Aujourd’hui, son avocat, Me Tayeye a réussi à le libérer sous caution.

L’affaire commence le vendredi 22 juillet à l’aéroport de Nairobi, au Kenya. Koffi Olomidé est filmé en train de donner un violent coup de pied à l’une de ses danseuses. Consternés et indignés les internautes en masse ont relayé la scène de nombreuses fois. Le Kenya expulse le chanteur dès le lendemain et en réaction la Zambie annulait des concerts de l’artiste prévus dans la capitale, à Lusaka.
Dès son arrivée chez lui à Kinshasa, le chanteur congolais a fait des excuses à la Télévision nationale, en évoquant des «un moment de folie, des secondes d’égarement ». Sur ordre du parquet, Koffi Olomidé a été arrêté le mardi suivant à son domicile. La star a été incarcérée dans la prison centrale de Makala à Kinshasa, dans l’aile 14, réservée aux célébrités.

IMG_9136

Cette interpellation fait suite à une plainte d’un député Zacharie Bababaswe. Pour lui, il s’agit de redonner la dignité à cette danseuse face à Koffi Olomidé, pour des actes qu’il qualifie « de barbarie sur une femme ».

Après 4 jours de détention, la défense a obtenu que le chanteur de 60 ans soit libéré sous caution ce samedi 30 juillet.
Mais un haut magistrat confirme aux médias, que « les poursuites ne sont pas pour autant abandonnées ».

Dorothée Audibert-Champenois
PhotosLife10ansRTBF


1 commentaires :

  1. Paindoux

    Une info pour les africains que nous sommes !! En tout cas, je dis haut et fort que je suis Antillaise, point barre.

Les commentaires sont fermés