Invité à l’Elysée, le martiniquais Prone, audacieux, a tout fait pour parler des sargasses, du chlordécone et de FranceÔ

Vues : 1576

Jeudi 21 juin 2018, jour national dédié à la musique, un artiste antillais a eu l’audace d’aborder le couple Brigitte et Emmanuel Macron.

Prone, le chanteur d’ascendance martiniquaise a tenté d’interpeller le Président de la République et sa femme, sur des questions douloureuses qui touchent le public ultramarin. Le chlordécone, un pesticide présent dans le sol antillais, les sargasses qui engendrent des difficultés économiques et sanitaires inédites dans la Caraïbe et le maintien de FranceÔ dans le paysage audiovisuel français.

Tout commence sur le Net, quand l’artiste contre-ténor Prone s’inscrit en ligne, il y a quelques semaines pour participer à la Fête de la musique qui aura lieu à l’Elysée, le jeudi 21 juin 2018.
Ausitôt, le jeune artiste conscient des réalités qui perturbent le quotidien des habitants des îles antillaises, décide de se rendre à cet événement où plus de 1500 personnes sont attendues.

Artiste engagé sur les questions des sargasses, du chlordécone et de la diversité dans les médias français, Prone n’a écouté que sa raison, et sa présence confirmée par le service de communication de l’Elysée, le mardi 19 juin, le martiniquais qui vit à Londres, quitte l’Angleterre à 22 h pour se rendre dans la capitale française.

Jeudi 21 juin 2018, La fête étant prévue de 20h à minuit, le contre-ténor (2.0) arrive à 18h45 au faubourg Saint-Honoré et franchit un long dispositif de sécurité, jusqu’à 5 postes de contrôle avant de rentrer au Palais, précise t-il.

A 21h, Emmanuel Macron toujours en déplacement en Bretagne, c’est Brigitte Macron la première qui sort du bâtiment. Prone raconte, protégée par des gardes : « Quand elle est venue près de nous, côté gauche de la cours de l’Elysee, j’ai couru dans l’espoir de pouvoir accéder à elle et lui remettre mon Cd Hihg Odyssey. Cela a marché, elle est très sympathique ». « Il y avait des ministres, la famille de Brigitte Macron, sa fille et la franco-sénégalaise Sibeth Ndiaye, la chargée des relations presse et de la communication d’Emmanuel Macron  »

Le contre-ténor Prone peut enfin lui dire : « Madame Macron, je tenais à vous offrir cela pour votre mari. Transmettez lui le message c’est très important »

Malgré le caractère « engagé » de cette démarche, Brigitte Macron et le martiniquais font un selfie avant l’arrivée du Président. Il est 22 heures, quand le chef de l’Etat apparaît aux 1500 convives.

À 22h 30 environ, le péléen se rapproche du Président, englouti dans une foule compacte.
Prone lui tend alors un autre CD High Odyssey sur lequel il a écrit ce SOS : Sauvez France Ô. « Il (Emmanuel Macron) a regardé la pochette du disque et m’a répondu : Merci à vous ». le martiniquais a répété à haute voix «  Monsieur le Président sauvez France Ô »

« Il n’y a pas de petites actions », confie Prone ce matin à la presse antillaise, et « J’ai fait un si long voyage, car j’ai compris que c’était l’occasion d’avoir accès au pouvoir et de dire l’importance qu’il y a à sauvegarder la chaîne » . Un peu déçu du temps si court, l’antillais, avec un sentiment de devoir accompli, résume cette journée, si rapide : « Alors même si cela a été un peu vite, j’ai voulu absolument passer le massage, en ce jour de fête »

Intrépide, audacieux et courageux, les qualificatifs sur les réseaux sociaux ne manquent pas. Prone, s’était engagé à expliquer face à face aux « gens du pouvoir », pourquoi il est urgent de trouver des solutions aux questions qui fâchent aux Antilles ou tout au moins, se faire entendre par le Président de la République. Le jeune martiniquais a essayé, il a tout tenté et mis de côtés ses ambitions personnelles. Son CD High Odyssey, en carte de visite et en bouée de sauvetage, il l’a laissé entre les mains de Brigitte et d’Emmanuel Macron.

Espérons que Brigitte et Emmanuel Macron ne rangeront pas précieusement cet EP collaboratif au fond d’un tiroir, mais qu’ils le placeront délicatement en « pense bête » sur leur bureau.

« Mon Album High Odyssey, c’est aussi le résultat d’une campagne de financement réussie grâce aux ultramarins » « Et France Ô a soutenu mon projet à l’époque. Je devais de les soutenir à mon tour ».

Le contre-ténor repart aujourd’hui à Londres où il réside depuis plus de deux ans.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Prone/C’news Actus Dothy