La Départementalisation, Serge Letchimy en parle 70 ans plus tard

Vues : 393
20160318_142929

Célébrer le 70ème anniversaire de la Départementalisation, c’est rendre hommage aux quatre porteurs de cette loi du 19 Mars 1946 (N°46-451), Gaston Monnerville, Léopold Bissol, Raymond Vergès et Aimé Césaire. Le but, faire de la Guyane, de la Guadeloupe, de la Réunion et enfin de la Martinique, des départements français. Cette loi qui fusionnait dans un même texte les demandes des 4 vieilles colonies, a été adoptée à l’unanimité à l’Assemblée Nationale en Mars 1946 (sous la IV République).

Cette demande, vieille de plus d’un siècle lors de sa promulgation arrive à point nommée pour des territoires qui vivent dans une grande injustice sociale. Alors que le coût de la vie est presque semblable à celui de la métropole, les salaires sont bas, il n’y a pas d’indemnité de vieillesse, pas d’aides pour les chômeurs, et pas d’assurance maladie.

Alors, que tous les esclaves sont devenus citoyens français après 1848, la France maintient les relations « indigènes et colons » qui créent des inégalités dans les territoires. Les élites noires et les mulâtres demandent à la France plus d’équité, plus de reconnaissance.
Les populations des 4 vieilles colonies veulent l’accès à l’enseignement, à la presse, participer aux valeurs républicaines.
Les intellectuels, les représentants de la population croient en la Démocratie.

Dans ce contexte, la Départementalisation est accueillie par tous avec joie. Sur la Savane à Fort-de-France, Victor Sablé (avocat et homme politique martiniquais)  donne l’idée de la fête, organisée par la population à son retour de France avec Césaire et Brissol sur le Paquebot le « Cuba »: « Mars 1946, c’est la fin de l’enfer! ». Le temps d’espérer une égalité complète et similaire à celle de tous les français de la métropole : Egalité, Fraternité et Liberté.

20160318_144512

70 ans plus loin, les interrogations et les frustrations dans ces territoires sont palpables.
A Paris, La Ministre des Outremers, George Pau Langevin a organisé vendredi une journée commémorative. Il était question de rendre hommage aux promoteurs de cette loi du 19 Mars 1946 et aussi de faire le point sur toutes ces années d’attente et de promesses depuis le passage à la départementalisation.
Pour débattre, élus et professionnels en politique des différents territoires se sont déplacés avec des projets, des propositions de lois ou des idées novatrices pour bouger les lignes.

Le député guadeloupéen Victorin Lurel, porteur d’un rapport sur l’égalité réelle, accompagnait La Ministre à l’origine de cette demande et aussi la Secrétaire d’État, auprès du Ministre, à l’égalité réelle, la réunionnaise Erika Bareigts.

gpl ok

En début d’après-midi, Serge Letchimy, le député de la Martinique a longuement décrit sa proposition de loi (article 349). Avec forts détails et exemples, il a expliqué les incohérences qui bloquent les capacités des outremers à produire et à échanger dans leur bassin immédiat.

20160318_155923

Une aberration, selon Serge Letchimy. Qu’il s’agisse d’enseignement, d’économie ou de culture les RUP (Régions Ultra Périphériques) sont en inadéquation avec leur spécificité communautaire. Le député martiniquais, a beaucoup insisté sur la nécessité de la Martinique ou la Guadeloupe à coopérer avec la Caraïbe. Il est l’initiateur du projet « Erasmus-Caraïbe » qui permettrait aux jeunes francophones d’étudier dans une île de leur région. Pour lui, il est important de développer des stratégies de coopération dans son environnement régional. La Martinique sous sa présidence ancienne au Conseil Régional, a beaucoup avancé sur le plan des échanges économiques. Depuis le 4 février 2015, elle est membre associée à l’Organisation des États de la Caraïbe Orientale. Il prône  plus d’interconnectivité territoriale.

20160318_143523

Jean-Jacques Vlodi, le député de la Réunion, a poursuivi dans le même sens, « Nous sommes dans un espace qui n’a rien a voir avec l’Europe ». Et dans la foulée, il propose de rebaptiser le Ministère des Outremers en « Ministère Intramarin ».

La Ministre, George Pau Langevin a remercié l’assistance nombreuse à l’hôtel de Montmorin. Avant cela, elle est longuement revenue sur la nécessité de respecter les spécificités et la singularité des régions et territoires d’outremer pour un mieux-vivre ensemble.

Dorothée Audibert-Champenois

photos Dothy A-CH


1 commentaires :

  1. blackhand

    Dites moi,nous avons eut 69 ans de départementalisation à la Martinique en Mars 2015 et cette histoire c’est arrêtée là puisqu’en 2016 avec la tromperie de nos politiciens et nos médias nous sommes devenus une collectivité territoriale… La Martinique n’est plus un département français encore… Les trois DOM sont : La Guadeloupe, La Réunion et Mayotte

Les commentaires sont fermés