« La France un pays de race blanche » : Victorin Lurel et Marie Luce Penchard réagissent

Vues : 57
marie-luce-penchard-victorin-lurel

Victorin Lurel, président du conseil régional de Guadeloupe et Marie Luce Penchard, maire de Basse-Terre, réagissent aux propos de Nadine Morano. Cette dernière avait déclaré sur le plateau d’On est pas couché que la « France est un pays de race blanche ».

J’ai tenu à réagir avec la plus grande fermeté aux propos tenus par la députée européenne Nadine MORANO, par ailleurs ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, au détour desquels l’élue des Républicains a proclamé que la France était « un pays de race blanche ».

En ma qualité d’exécutif régional, de député et d’ancien ministre il m’est difficile de tolérer un tel dérapage de la part d’une personnalité politique ayant occupé des responsabilités gouvernementales et j’invite Mme MORANO à regarder la France telle qu’elle est, riche de sa diversité et de ses métissages.

Ces propos inqualifiable, me conduisent à partager l’indignation de la communauté antillaise de l’hexagone, des compatriotes français des outre-mer et de tous les français attachés aux valeurs de la République qui apparemment ne sont pas reconnus par le logiciel archaïque de colorimétrie de Nadine MORANO.

Pour mémoire, j’ai été à l’origine, par le passé, d’une démarche qui devait conduire à la suppression du mot « race » de la Constitution française, au motif, entre autre, que ce mot a toujours servi de support au discours qui prélude à l’extermination des peuples.

« Homme de couleur » et représentant de la Nation, sachez chers compatriotes que je demeure aujourd’hui encore et plus que jamais choqué par ce terme, qui résonne comme une invite à la multiplication des discriminations, discours xénophobe voire agressions dues à la couleur de la peau et/ou à la religion.
A l’heure où la « peur de l’autre » et l’assimilation « musulman/islamistes » et autres discours à connotation raciste se répandent dangereusement, la République doit rappeler ses principes fondamentaux à vocation universelle inscrits notamment à l’article 1 de la Constitution et le principe irréfragable d’égalité de tous les êtres humains.

Victorin Lurel

Le communiqué de Marie-Luce Penchard :

Je condamne les propos extrêmement graves de Madame MORANO qui portent atteintes au socle républicain.

Je considère que de telles déclarations n’ont pas leur place dans le débat politique; comme tout ce qui pourrait contribuer à faire monter le racisme et la xénophobie, alors que les hommes politiques doivent toujours participer à maintenir la cohésion sociale surtout pour un grand pays comme la France, symbole des droits de l’homme.

Même si les déclarations d’une personne n’engagent pas tout un parti, cela me conforte dans mon choix d’avoir placé la Guadeloupe d’abord. Cette position m’oblige pour la Guadeloupe et pour les valeurs humanistes auxquelles je crois, à rester vigilante sur la ligne politique que pourrait prendre le parti « Les Républicains ».

Marie-Luce Penchard