« La goutte d’eau … »


Publié dans : Actualites, People
Mots clés :
Vues : 80
guadeloupe

La goutte d’eau…

En fin d’après-midi j’ai été boire un verre avec un pote à La Toubana. Nous étions les deux seuls noirs et vous savez quoi ? Tous les clients (blancs) n’ont cessez de nous dévisager de façon très étrange; ils nous ont suivis du regard, certains nous ont même fixés avec mépris. On a fait quoi nous ? Ben on a fait notre vie. On a pris tout notre temps pour siroter nos verres et on a bien papoté de tout et de rien.

C’est quoi cette Guadeloupe où, dans certains lieux, quand tu es noir on te fait comprendre que tu n’es pas à ta place?

Où certains blancs n’hésitent plus à dire à un noir qu’il est un sale nègre ?

Où quand tu entres dans la salle des profs de certains établissements scolaires tu as l’impression que c’est l’apartheid avec les profs blancs d’un côté et les profs colorés de l’autre?

C’est quoi ces blancs qui ne viennent que pour le soleil et la mer, méprisent « les locaux » et au bout de 10, 20 ans ou plus n’ont aucun ami noir, ne comprennent pas le créole et ne savent absolument rien de notre culture ? Leurs enfants naissent ici, vivent ici et parlent pourtant avec l’accent de France comme s’ils y avaient toujours vécu (tellement ils ne nous fréquentent pas).

C’est quoi cette Guadeloupe où certains noirs complexés ne cessent de critiquer les noirs comme eux et valorisent les blancs même quand ces derniers les traitent comme des chiens?

Où certains noirs ne veulent se faire soigner que par des blancs en prétextant que les noirs sont des incompétents ?

Certains disent que les noirs sont fainéants, pas sérieux, etc. Moi je suis noire, je ne suis pas une fainéante et je suis sérieuse. Je suis seule dans ce cas ?

Que le racisme soit d’un côté ou de l’autre, c’est pas possible qu’on vivent ensemble sans préjugés à la con ? Après tout on a juste en commun d’aimer et d’être sur la même île, non ?

J’en demande trop ? Peut-être. Mais comme on dit « sé grenn diri ka fè sak diri » (c’est chaque grain de riz qui finit par faire un sac de riz).

On fait quoi là ? On ferme nos bouches et on laisse couler en se disant c’est comme ça, on pourra rien changer ? Moi, fidèle à moi-même et pacifique, je manifeste mon mécontentement. C’est pas grand chose? Ben c’est mieux que rien.

J’ai vécu le racisme en France, je me suis tue, mais il est hors de question que je le revive chez moi en Guadeloupe sans agir.

Bref, ce qui se passe est honteux et je sens que ça va vraiment exploser dans ma chère île.

Moi Chou, je suis noire, je suis Guadeloupéenne et J’EMMERDE tous ceux à qui ça pose un problème.

Par Audrey Postros Alias Chou


18 commentaires :

  1. offres d'emploi

    OK avec toi. Et surtout, il faut dire a tous que la meilleure manière de protester contre ces attitudes bêtes est de se montrer plus intelligent a l’instar des grands contestataires qu’étaient Mr martin Luther King et Mr Gandhi !
    Répondre a la bêtise par la bêtise ne donne jamais rien de bon.

    1. Réunionnais

      comme Gandhi ? c’est-à-dire mettre les français dehors et brûler tous les produits importés d’Europe ?comme Gandhi a fait avec les anglais et les vêtements importés d’Angleterre ?

    2. jean michel

      moi je ne suis pas d’accord, le syndrome martin luhter king n’est pas pertinent ni efficace, il sert juste à considérer les noirs comme étant des gens cool et bons. on a pas besoin de cela, le temps des prières pour « l’ennemie » est dépassé. il faut agir fermement, car nous les antillais nous n’avons jamais fait notre révolution, c’est le sens de l’histoire en tout cas merci pour ce témoignage.

  2. sevin

    Bonjour

    Moi je suis blanche j’ai vécu aux antilles Guadeloupe et Martinique.J’ai souffert de racisme .
    Tu as raison de dire ce que tu penses …tout ce que tu penses.Je suis d’accord avec toi .

    1. jean michel

      Madame s’il vous plait c’est quoi le racisme anti blanc? je voudrai connaitre la définition s’il vous plait expliquez moi, car j’entend ces bêtises depuis des lustres et je ne trouve pas cela logique. Cela ne veux pas dire qu’il n’y a pas de haine contre les blancs. Mais pitié madame ce n’est pas du racisme, où si non donnez moi une définition rigoureuse.

      1. Shi No Bi

        jean michel, de grâce… laissez l’hypocrisie et la mauvaise foi à ceux que vous dites combattre…
        Le racisme n’a pas de couleur, n’a pas de nation ou de climat. On sait très bien que bon nombres d’attitudes envers des blancs provoqueraient des émeutes si elles étaient faites envers des noirs et encore pire vers des juifs.
        Non pas que je défende le racisme ou que je dise que les noirs n’en ont jamais souffert… mais autant l’histoire nous donne une sorte de « passe-droit » sur le « niveau de racisme socialement acceptable »(lol), autant la bêtise ne mènera jamais à une quelconque évolution positive !
        La seule revanche que les antilles peuvent prendre sur le passé est de s’épanouir en montrant l’exemple, qu’importent les barrages, qu’importent les préjugés, qu’importent les regards insistants. Certains racistes sont aussi cons que leurs pieds mais la majorité de ceux qui fixent du regard aujourd’hui, même s’ils vous détestent, n’auront d’autre choix que de baisser les yeux si vous avez les compétences, les finances et, surtout, le pouvoir !
        Et quand je dis « pouvoir », je ne parle pas des marionnettes qu’on manipule et qu’on jette quand on en a fini, je ne parle pas du pouvoir qu’on obtient à force de pleurnicheries et de culpabilisations mais du pouvoir que l’on acquiert sans l’aval de quiconque, le pouvoir qui se gagne par la force du travail et par l’intelligence.
        Bien entendu, qu’on ne se méprenne pas (on sait comment les gens sont souvent prompts à l’interprétation malsaine) : revendiquer est primordial, mais avec honneur !

  3. BokitFroid

    Quand je me déplace en Guadeloupe, je me sens bien partout où je vais.
    Vous savez pourquoi ?
    Je ne me soucis pas de ce que pense x y ou z, peut importe qui il est.
    L’important pour moi c’est de faire ce que j’ai le goût de faire, quand je veux le faire, avec qui je veux le faire…
    Je n’ai pas le temps de regarder les émotions des autres car les miennes sont les seules qui m’importent.
    C’est vrai, la Guadeloupe est petite, mais chacun doit apprendre à être bien à sa place.
    Si certaines personnes éprouvent des malaises à un moment où à un autre, ça leur appartient !
    Laissez- les vivre leurs mauvais sentiments et comme vous le dites si bien  »faites votre vie » car personne ne la fera à votre place…
    Amusez-vous, ayez du plaisir, parlez au gens, souriez quand d’autres se plaignent…Je vous assure, c’est à déstabiliser plus d’un…
    Pour ma part en général, je ne me prive de rien qui pourrait me faire plaisir et ceci à tous les niveaux.
    Je dirai pour terminer que, la clé est de s’aimer très fort soi-même afin que personne ne brise notre bonheur.
    JoYeUsEs PâQuEs à tous et à toutes. 🙂

  4. paindoux

    Cela devient un peu lassant de toujours relever les attitudes des uns et des autres en Guadeloupe !
    Une question : Êtes-vous bien dans votre peau noire ? Si oui, alors passez votre chemin sans vous arrêter à ce que pensent les autres de vous.
    Mais de grâce, arrêtez de nous balancer chaque semaine des articles de ce genre.

  5. julien

    votre goutte d’eau ne fera pas déborder le vase, il est temps de relever le débat People bo kay

  6. Kiwiiii

    Trop d’accord avec les 2 derniers commentaires.. il y a autant de « noirs » qui vous regardent avec mépris, que de « blancs » bienveillants, et vis versa… arrêtez de vous considérer a travers le regard des gens et vivez!

  7. ela

    Je suis blanche, je suis née en Martinique, j’y est grandi pourtant si je comprend parfaitement le créole je ne le parle que mal. Pourquoi? Car les gens (blanc et noir) trouvais ça bizarre qu’en je le parlais et que enfant, j’ai juste abandonné. J’ai des amis de toutes les couleurs, mes parents aussi.

    Je comprends parfaitement le but de cet article et je le rejoint totalement. Je voudrais juste rajouter quelque chose. J’ai parfois souffert du racisme en Martinique, on m’a parfois fait sentir pas a ma place (c’est encore le cas quand je vais au carnaval de bordeaux). C’est tellement dommage. La Richesse de la Martinique, la guadeloupe c’est le métissage. Pourtant la couleur est toujours la dans les esprits ! J’espère que un jour les blancs qui arrivent en colonialiste ne le feront plus ( qui sait avec le temps … ) et que quand l’été je viendrais rendre visite a mes parents chez moi en Martinique, je n’aurais pas de regards de travers.. De personne.

  8. Maz

    Je suis de ton avis.
    J’aurais juste aimé que ceux à qui le noir (couleur de notre peau) pose problème m’expliquent ce qu’il font chez les noirs. Desolée de vous apprendre qu’aux Antilles ,il y a des NOIRS en majorité, ils sont chez eux …
    expliquez moi aussi la différence entre un homme blanc et un homme noir ? Soyez intelligents pour une fois. .. je vous laisse au moins cette chance…
    Mais apprenez pour votre gouverne NOIRS BLANCS JAUNES ROUGES MARRONS quelques soient la couleur de l’être humain, il naîtra, grandira, vieillira et attention MOURIRA tous passeront par ces étapes.
    Pendant que nous avons la possibilité de se côtoyer, profitons en . Il sera TROP TARD APRÈS. . .

  9. ramses

    le racisme on le vie au quautidien antillais francais on seras toujourt considere par les blanc comme des negre des individu de segonde zone ex du moment que tu frequante leur fille sa devient grave verite meme lesclavage les fon pas changer au antille il son chez eux or nous on est des imigre en france on as doit ka des boulo merde or chez nous prime de chaleur voiture de fonction maison pati ti pa tata il son bien recus bande de batard on est loger as la meme enseigne que les arabe imigre et autre pepe la ouve yeux as zot

  10. mimineta

    je vis en Martinique depuis plus de 10 ans, dans la salle des profs tout le monde se mélange , blancs, noirs , gris , jaunes, verts,…bref pas de pb de ce genre!!!!!
    Certains guadeloupéens devraient surement se remettre en question car leur exclusion se voit aussi dans les cités universitaires en France, non par racisme de la part des blancs , mais par communautarisme et d’infériorité intégrée . Dans le sud de la France dans les années 2000, les seules équipes de volley étudiantes composées que de « noirs » venaient des Antilles françaises, alors que tous les autres étudiants africains étaient parfaitement intégrés dans des équipes de « blancs »!!! Quelle conclusion à celà?????

  11. Axel Dartiailh

    Toujours le même débat, effectivement si tu te sens mal dans ta peau c’est normal que tu le ressente, bon la déclaration de « gueguerre » envers les blancs la n’est pas du tout mon délire, je suis métissé je me considère comme métisse donc je défends les deux causes je suis né en Martinique et je me suis fait raquetté Parce que je suis trop blanc c’était la première fois de ma vie qu’on me la sortait, ma copine métisse comme moi est plus claire et s’est fait traiter de sale blanche elle ne comprenait pas non plus, alors bon si le but de ce message est de faire ressurgir une fois de plus la haine due à notre passé colonial enfonces toi cette article bien profond là où je pense

  12. lacides

    Pour la précision, l’hôtel toubana appartient à deux guadeloupeens vial collet Patrick et Arnoux . ils sont tous les deux noirs : indiens pays et noir pour un Patrick et métisse noir et blanc pour arnoux. Peut être se sont les métisses quarterons dit mulâtre aux Antilles qui sont racistes. Allez savoir.

  13. David

    Bonjour à tous, après avoir lu cet article et tous ces commentaires, j’avoue être profondément triste…
    Les antilles devraient être un exemple où il fait bon vivre pour chacun quelqu’il soit et apparemment ce n’est pas le cas.
    Je suis blanc métro vivant en Guadeloupe depuis 8 ans maintenant et j’ai des amis noirs métisse, chabin, blanc, etc…
    Je comprend bien le créole, le parle même (même si j’ai toujours des progrès à faire), danse zouk, kizomba, Bachatta, ma copine est Guadeloupéenne et Martiniquaise (de part sa mère), bref je me sens bien intégré à la population et la seule fois où j’ai senti du racisme à mon égard, c’était de la part d’un sans abri alcolisé et drogué de la place de la victoire et c’était il y’a des années…
    Personne n’a mentionné une chose importante dans cet article, cela se passait à la toubana, or quelle est la clientèle de la toubana??
    Des personnes d’un certain rang social, de la gauche bobo et caviard, qui soit sont pété de tunes, soit vive de façon très aisé.
    Et c’est bien là où se situe le vrai problème, ton rang social!!
    Car la Toubana qui propose des chambres à 450 euros la nuit, ne va certainement pas attiré le peuple Guadeloupéen de tous les jours…
    Moi je suis une personne de basse classe sociale, en gros je fais partie des pauvres, est ce pour cela que l’on m’apprécie? peut être bien, mais que se passerait il si cela changeait?
    Ces gens qui étaient des touristes d’un haut rang social n’aimaient pas se mélanger à des gens qui leur paraissait d’une classe sociale sociale inférieur. Racisme dîtes vous? non le problème est bien plus complexe que ça!
    De plus je finirai par vous interroger sur qui détient le pouvoir en France et dans les Antilles, est ce le peuple francais? qu’il soit blanc, noir, rouge, vert ou jaune? Bien sur que non, est ce les politiques qui forment le gouvernement, bien sûr que non, mais alors qui??!
    Pour répondre à cette question, interrogez vous sur les origines de Monsieur Hayotte, qui sont ces ancêtres? et de quelle communauté organisée il fait parti.
    Et non le peuple français de l’époque n’ a rien à voir avec la traite négrière et l’esclavage, ils étaient trop occupé à travailler la terre, ce sont les élites qui s’en sont occupé! Voici un lien d’une vidéo qui dévoile la vérité sur ce sujet (https://www.youtube.com/watch?v=w2D9MjVhoBw), je vous invite fortement à la visionner, elle dure que 14 minutes.
    Le pouvoir a toujours divisé le peuple pour régner et nous opprimer, cela continu aujourd’hui!
    « Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer »
    De plus, j’aime profondément les Antilles et les gens qui y vivent et je resterai ici même si la révolution arrive ici (ce que j’espère) car je serai avec les révoltés, à bon entendeur et peace à toutes les personnes de bonne volonté!

Les commentaires sont fermés