La justice ordonne à la banane antillaise de suspendre sa campagne contre le bio

Vues : 1018

Lors du salon de l’agriculture à Paris, la banane antillaise s’est affichée comme étant « Mieux que Bio » sur le stand de l’Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique (UGPBAN). Les professionnels du bio n’ont pas tardé à réagir et ont obtenu en référé la cessation de cette campagne de communication qu’ils jugent « illicite ».

Communiqué de l’Agence Bio :

« L’Agence BIO se félicite de la décision de justice rendue le 1er mars suite à l’action en référé des professionnels de l’agriculture biologique et qui enjoint l’UGPBAN (Union des Groupements de
Producteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique) d’arrêter, dès jeudi 2 mars, sa campagne de communication illicite contre les bananes bio vendues sur le marché.

En effet, contrairement à ce qu’affirmait cet organisme, il n’existe pas de bananes bio sur le marché français ne respectant pas les normes communautaires.

L’Agence Bio insiste en particulier sur le fait que les consommateurs peuvent avoir toute confiance dans tous les produits portant le label Bio, quelle que soit leur provenance.

L’Agence BIO rappelle ainsi que le règlement européen relatif à l’agriculture biologique
encadre strictement les importations des pays tiers de tous les produits, y compris les
bananes.

Pour pouvoir être vendues sous label Bio dans l’Union européenne, les bananes, comme tous les autres produits cultivés en bio dans les pays tiers doivent :

  1. respecter des règles de production équivalentes à celles prévues par la règlementation
    européenne sur l’agriculture biologique ;
  2. être soumises à des mesures de contrôle d’une efficacité équivalente à celles appliquées
    dans l’Union Européenne sur les produits bio.

Pour pouvoir exporter leurs produits bio vers l’Union européenne, les pays tiers ou leurs organismes de contrôle font une demande de reconnaissance afin d’obtenir une équivalence avec le règlement bio européen.

Ainsi, l’équivalence accordée par la Commission européenne garantit que les produits importés vendus comme BIO dans l’Union européenne ont été produits conformément auxdispositions prévues par la réglementation européenne. »