La martiniquaise Carla Quimber : Nouveau visage de la mode à la Fashion Week de Paris

Vues : 2703

Dimanche soir, au pied de la Tour Eiffel et à quelques mètres de la statue de la Liberté , deux jeunes femmes designers ont clos la Fashion Week 2016 de Paris. L’organisatrice et sa consœur de Martinique, ont fait le choix de s’installer dans le Port de Grenelle, dans le Yacht Marina, au bord de l’eau.

Un clin d’oeil à leurs invités ultra marins, pas seulement des habitués de la jet Set, mais tout simplement des fans de la mode, comme Corinne. Cette jeune militante associative est travailleuse sociale de profession et tient à s’impliquer dans cette société qu’elle veut faire bouger, dit-elle. Mais pour l’instant, sortie du bon cru 2016, après Morgane Edvige (1ère Dauphine de  Miss France), c’est Carla Quimber qui retient notre attention. Elle arrive de de la commune de Schoelcher, de la Martinique, pour poursuivre ses études. Longue, un petit afro, de grands yeux noirs, des lèvres pulpeuses, la jeune femme étudiante, nous a impressionnés durant 1h30, sur le Podium Bakana.

20160124_195233

Bakana, du nom de l’organisatrice de cette Fashion Week, Mariana Bakana. Au programme, les collections de deux jeunes femmes designers qui vivent à Paris, Alex Robe et Kate Bee.

20160124_190950

Kate Bee

En ouverture, dans la salle peu éclairée, c’est le tube Happy, de Pharell Williams, interprété par un musicien en solo, qui souhaite la bienvenue au public en dress- code Blanc. Et le défilé commence avec les créations de Kate Bee. En 2013, avec sa sœur Nathalie, Katia Bumba (Kate Bee) s’est lancée dans le monde de la mode, de la haute couture, souligne t-elle. Audacieuses, elles ouvrent d’abord une boutique de Prêt-à Porter : Aloha Paris, puis, Kate en 2014, veut réaliser son rêve de styliste, elle devient une créatrice à part entière. Elle créée sa marque : Kate Bee. Ce soir, tout en voile, des tissus légers, du jaune, orange, rouge, noir, elle magnifie et rehausse ses mannequins avec des capes (la signature de la marque) des plumes et des strass comme accessoires. Tout est aérien chez Kate Bee.

20160124_194900

Alex Robe

La nuit tombe doucement, quand Alex Robe apparaît avec ses huit mannequins que le public applaudit longuement. Avant ça, les jeunes femmes mannequins ont fait un passage sans fautes dans des tenues sculpturales. En 2011, Alex ouvre son premier atelier de couture sur mesure. Depuis, elle a participé à plusieurs Défilés, Show rooms, des Festivals, des Expositions. Son style peut être classique ou futuriste, mais reste élégamment soigné dans les moindres détails. Ses accessoires ont été remarqués comme son Hit-bag piqué d’une tête de cheval.

Cette présentation de la collection 2016, a juste souffert de manque d’éclairage, pourtant, un élément incontournable pour  ce genre d’événement. Si la Jet-Set a répondu à ce rendez-vous de la mode parisienne,  la presse antillaise était, étonnamment seule, dans ce show qui nous a fait découvrir, peut-être, les talents de demain.

20160124_181800

Ce que pense Corinne Jean-Marie (Travailleuse sociale en Ile-de-France) de cette Fashion Week :
«Enfin le naturel revient, la femme noire assume ses cheveux crépus, j’étais ravie de savoir que parmi elles, il y avait une martiniquaise, nappy ! » Écoutez-la :

Dorothée Audibert-Champenois

Galerie Photos :

®Photos Dorothée Audibert-Champenois