La martiniquaise Raphaëlle Delaunay, ancienne ballerine à l’Opéra de Paris est danseuse-chorégraphe

Vues : 254

Pour la saison 2017/2018, Raphaëlle Delaunay, d’origine martiniquaise sera en résidence au Théâtre Louis Aragon à Tremblay-en-France (en Île-de-France/Seine-Saint-Denis). Cette résidence artistique a débuté au mois de janvier 2017 avec la création de Soma au sein de sa Compagnie Traces.

Soma met en scène le corps féminin et mêle la danse et le fitness autour d’un projet qui, selon la danseuse d’origine antillaise, permet de se : « rencontrer, de prendre soin de soi et danser ensemble ».


Le public participe à des parcours d’ateliers entre 9h30 et 15h 30. Commencé en Novembre 2017, le projet de Raphaëlle Delaunay prendra fin au mois d’avril au Centre National de la Danse à Pantin, en région parisienne.

Ancienne élève de l’Opéra de Paris, Raphaëlle Delaunay est danseuse et chorégraphe. A 10 ans, celle qui avoue que «Le ballet est mon ADN », chausse ses tutus à l’école de danse de l’Opéra de Paris. En 1992, Raphaëlle Delaunay fait partie du corps de ballet de l’Opéra, qu’elle quitte cinq ans plus tard.

Elle a juste 20 ans quand elle intègre le Tanztheater Wuppertal pour travailler avec Pina Bausch (danseuse et chorégraphe allemande). La jeune fille interprète alors : Café Müller, Le Sacre du Printemps, Nelken, Arien, Nurdu,  Kontaakthof, Mazurka Fogo,  O Dido, Wiesenland, Barbe-Bleue et Le Laveur de vitres. En 2000, elle intègre le Nederlands Dans Theater et écrit ses premières chorégraphies. En 2006, après une résidence au Quartz de Brest où elle rejoue sa propre création « Jeu d’intention », Raphaëlle Delaunay fonde sa compagnie Traces.

Depuis, Raphaëlle Delaunay, née à Paris d’une mère française et d’un père martiniquais a mis en scène, de nombreuses créations qui décrivent «  l’histoire des danses afro-américaines jusqu’au hip-hop ». En 2009, c’est «Ginger Jive » , autour du jazz des années 1930, en 2013 « Chez Joséphine » rend hommage à Joséphine Baker sur les musiques de Sidney Bechet.

La même année, l’ancienne ballerine classique, interprétait « Debout ! », un solo autobiographique. Au gré de conversation, la martiniquaise, selon ses propres mots, raconte en solitaire son parcours en danse et « explore la mémoire d’un corps qui se cherche et se réinvente ».
Le texte a été repris au Festival Solo en mars 2017 au Centre national de danse contemporaine d’Angers.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Images Soma de Raphaëlle Delaunay/Journal La Terrasse/Vallée Culture – Conseil départemental des Hauts-de-Seine/Le Centquatre-Paris/L’Oeil et le Mouvement/Nathalie Vu-Dinh

Ailleurs sur le Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *