La Martinique à la Foire Musulmane, collecte pour sa 1ère Mosquée à Balata

Vues : 2790

Parmi les pavillons d’information pour les jeunes et les familles, les expositions, le village humanitaire, on découvre tout au fond du Hall 3, un unique stand martiniquais à la Foire musulmane au Bourget. Cette foire organisée par l’Union des Organisations Islamiques de France (l’UOIF), accueille un invité spécial, venu de l’archipel antillais, l’Association des musulmans de la Martinique (l’ADMEM). Salim Deston de Saint-Pierre et Mohamed d’origine tunisienne sont tous les deux martiniquais. Salim qui est en charge de l’association vit à Paris avec femme et enfants. Ci-dessous Kenza la fille de Salim.

IMG-20160517-WA0000

La rencontre de Mohamed à Paris est plus surprenante, ce natif de Schoelcher est en mission à Paris, depuis l’ouverture de la Foire Musulmane qui se tient au Bourget (Un extrait de son interview est en fin d’article.

IMG-20160517-WA0005

Venir à Paris et faire savoir au monde entier, qu’il y a une mosquée qui se construit à la Martinique. C’est le message fort que veut faire entendre Mohamed. Il est présent depuis vendredi 13 mai sur le site du Bourget pour animer le coin Martinique. Les filles voilées sont jeunes, ce sont les enfants de Salim et de sa femme algérienne Leïla. La religion c’est le moteur du groupe. L’objectif, faire avancer le projet de construction de la première Mosquée de Martinique sur les hauteurs de Balata.
Mohamed, tout en invitant les musulmans  de France, à se rendre chez lui en Martinique, propose sur le stands des douceurs antillaises, des patés, des friandises locales, des livres. Le montant de ces recettes sera reversé à l’Association ADMEM.
Une Association qui ouvre aussi une collecte pour la finition de l’édifice religieux. C’est grâce aux donateurs, aux fidèles que ce projet se réalise, il a fallu acheter le terrain et commencer à bâtir avec peu de moyens. Ce qui explique les levées de fonds que la structure organise régulièrement.

Mohamed, né en Martinique, est d’origine palestinienne, bien intégré sur l’île depuis plusieurs générations, sa famille est authentiquement caribéenne. Il s’exprime parfaitement en créole et fait partie de la communauté qu’on appelle à tort, les syriens en Martinique. Responsable d’un magasin, il explique que ses compatriotes ne font aucun amalgame avec les fanatiques, les terroristes et eux, musulmans martiniquais. Il reconnaît « n’avoir pas de contact avec la communauté juive de l’île, ils ne se parlent pas me dit-il, les relations sont corrects ».

Mais Mohamed, s’il veut rassurer, rappelle tout de même, qu’il préfère que la femme puisse « préserver sa beauté, en portant le voile, une façon de garder sa dignité. Selon lui, il ne s’agit que d’un morceau de tissu et on n’a pas a en avoir peur ».

13254415_1711478439064879_2233034599047463157_n

C’est bientôt la clôture de la Foire, dans le Hall 2. Les chants se mêlent aux prières en écho aux visiteurs qui entrent et sortent des lieux sacrés.
Le dernier message avant de démonter le stand, c’est encore des appels aux dons, l’urne est là posée, à portée de mains.
Son espoir, à Mohamed, c’est de recevoir le plus de martiniquais, ils les invitent à s’intéresser un peu plus à l’Islam. La date d’inauguration de la prochaine Mosquée sur la route de Balata, n’est pas encore fixée sans doute l’an prochain au mieux en fin d’année 2016. (Reportage Dorothée Audibert-Champenois)

Ecoutez Mohamed, installé depuis plusieurs générations en Martinique, il est à Paris pour l’association ADMEM, il s’exprime en créole (Au micro de Dorothée Audibert-Champenois)