Le Martinique, paradis du surf et des sports nature

Vues : 58

Du 21 au 26 avril se tiendra la première édition du MARTINIQUE SURF PRO, inscrit au calendrier des World Surf League Qualification Series (QS).

Au-delà de la compétition qui réunira une centaine de surfeurs internationaux sur le spot réputé de Basse-Pointe, cet évènement inédit offrira l’occasion rêvée de découvrir une île au fort potentiel surfistique. Mais pas seulement…

C’est dans la ville de Basse-Pointe, au Nord-Est de la Martinique, que se retrouveront certains des meilleurs surfeurs mondiaux pour l’unique étape caribéenne des Qualification Series (QS) de la WSL (World Surf League – ex. ASP). Pour la toute première fois, la Martinique sera ainsi le cadre d’une compétition de surf professionnel de niveau international.

Basse-Pointe, l’une des plus longues vagues de la Martinique
Le spot de Basse-Pointe, exposé aux différentes houles dominantes, n’a pas été choisi par hasard. Il offre de magnifiques droites (vagues déferlant vers la droite quand on les surfe), parfois très puissantes et particulièrement longues. Déroulant parfois sur plus de 200 mètres, ces vagues à manœuvres permettront aux compétiteurs de s’exprimer pleinement et aux spectateurs d’en prendre plein les yeux. D’autant que le cadre est à la fois magnifique et empreint d’une force et d’une énergie uniques.

Authentique et sauvage, ce spot entouré de falaises et de rochers n’offre pas forcément les paysages auxquels on s’attend aux Antilles, et c’est bien là ce qui en fait le charme. Selon la hauteur de la houle et la luminosité, on passe par toutes les nuances et les ambiances. Basse-pointe est aussi l’un! des deux endroits en Martinique (avec Grand-rivière, la ville la plus au Nord de l’île) où l’on trouve encore des « bois flot », des troncs d’arbre taillés utilisés par les pécheurs pour surfer les vagues, prouvant le caractère ancestral de la pratique de ce sport dans la région. Peu fréquentée, la ville de Basse-Pointe gagne à être connue. C’est pourquoi le MARTINIQUE SURF PRO y posera ses valises du 21 au 26 avril. A cette période de l’année, les alizés d’Est se font moins vigoureux et ne perturbent donc plus les vagues qui deviennent « glassy », c’est-à-dire parfaitement lisses.

Atlantique ou Caraïbes, faites votre choix
Basse-Pointe n’est pas le seul spot de surf martiniquais, loin s’en faut. Les possibilités de glisser sont nombreuses et la saison surf s’étend de novembre à mai. Sous un généreux soleil, la température de l’eau oscille entre 23 et 29 °C. La combinaison est en option et un maillot de bain suffit, avec éventuellement un lycra, davantage pour se prémunir du soleil que du froid ! Côté fréquentation, les spots martiniquais sont tranquilles et vous ne vous battrez pas pour attraper des vagues. On est loin du Sud-Ouest de la France… Les spots les plus régulièrement surfés se situent sur la côte atlantique, notamment sur la presqu’île de la Caravelle (Pelle à Tarte, Anse Bonneville, Anse l’étang, Entre Deux, Cocoa). Plus au Nord, vous pouvez opter pour Sainte-Marie, l’Anse-Charpentier, Basse-Pointe bien s&uci! rc;r, mais aussi Grand Rivière – entre autres et au Sud autour de Sainte-Anne (Les Salines, Anse Trabaud).

En mer, à terre, en plein air
Grâce à cette diversité de spots, la Martinique permet de pratiquer tous les dérivés du surf : longboard, Stand Up Paddle, bodyboard, skimboard (qui consiste à surfer en se courant depuis la plage avec une petite planche). Les amateurs des autres sports de glisse ne sont pas en reste. De novembre à mars, les alizés de secteur Est soufflent généreusement et permettent aux kitesurfeurs et windsurfeurs de se régaler. Découvrir la Martinique en voilier est aussi le gage de belles découvertes, et pourquoi pas à bord des fameuses yoles traditionnelles ? L’île est également réputée pour la qualité de ses spots de plongée, mais aussi de rafting. Il y a de quoi faire pour les sports nature. Les décors sont contrastés : au Sud, on profite des belles plages de sable fin tandis que le Nord, plus montagneux, est propice à la randonnée et au trekking pour découvrir des forêts tropicales denses et vierges par endroits. Bref, toute l’année, sur l’eau comme à terre, il y a de quoi faire !