La Martinique préside l’Association des Chambres de Commerce et d’Industrie des Outre-Mer

Vues : 31

Les Présidents des Chambre de Commerce et d’Industrie des Outre-Mer, membres de l’ACCIOM, ont élu ce mardi 24 février à l’unanimité leur nouveau Président. Il s’agit de Manuel Baudouin, Président de la CCI Martinique.

Manuel Baudouin, Président de la CCI Martinique, a officiellement pris les rênes de l’Association des Chambres de Commerce et d’Industrie des Outre-Mer (ACCIOM) ce mardi 24 février lors de l’Assemblée Générale de l’Association à Paris. Il prend ainsi la suite du Président André Desplat, Président 2014 de la CCI de Nouvelle Calédonie.

L’ACCIOM regroupe aujourd’hui 11 Chambres de Commerce et d’Industrie (Guyane, Iles de Guadeloupe, Martinique, Mayotte, Réunion, Nouvelle Calédonie Polynésie Française, Saint-Barthélémy, Saint Martin, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna). Succédant a la Conférence des Présidents des CCI d’Outremer, elle a été créée en 2011 pour assurer la synergie des CCI d’Outre-mer et garantir sa représentation et son expression auprès des autorités nationales. C’est aujourd’hui, un interlocuteur reconnu, représentatif de l’ensemble de l’économie ultramarine auprès des institutions nationales et des acteurs économiques.

Elu pour un an, le Président Manuel Baudouin a déjà été reçu par le Président national des CCI de France, André Marcon, qui l’a assuré de son soutien sur les principales orientations retenues par l’Ag de l’ACCIOM.

Il poursuivra notamment la conduite de trois dossiers importants dans lesquels il s’est personnellement déjà investi depuis plusieurs années :

– L’attribution de la gestion matérielle du Registre des Sociétés aux CCI d’outremer. Obtenue en termes conditionnels lors de la loi Lurel de 2012, mais jamais appliquée, cette dévolution attendue par tous les utilisateurs (entreprises, avocats, notaires, experts comptables, commissaires aux comptes) a pu etre insérée dans le projet de Loi Macron sous forme d’une expérimentation à trois ans en Martinique Guadeloupe et à la Réunion. Il convient maintenant de veiller à son maintien dans le texte final de la loi, et de finaliser sans délai la négociation de la convention de délégation avec le Ministère de la Justice pour une entrée en vigueur effective au 1er janvier 2016

– la codification du « Régime de l’Entreprise Ultramarine » Chantier essentiel de la mandature. Il s’agira de produire le premier code des spécificités juridiques de l’outremer en droit commercial, droit fiscal, droit civil, etc…afin de donner clarté lisibilité et stabilité au cadre légal des entreprises locales

– l’amélioration de l’accès à la commande publique : inspiré par l’ACCIOM un article du projet de loi Macron permet de prendre en compte les encours de créances détenues par les entreprises pour les qualifier dans les marchés publics. D’autres avancées sont en préparation, dans l’intéret des acteurs économiques de l’outremer postulant a la commande publique (HCCP, critères de performance locale, zones franches etc).

D’une façon plus générale, le Président Baudouin, soutenu par ses collègues de tout l’Outremer poursuivra le travail de défense des intérets des entreprises ultramarines relevant tant de l’article 73 et que de article 74 de la Constitution, et des CCI d’Outremer elles mêmes, dont les ressources font l’objet de réductions drastiques depuis plusieurs années.