La Montagne Pelée obtient sa « Déclaration de Valeur Universelle Exceptionnelle »

Vues : 1964
montagne-pelee

Les « Aires volcaniques et forestières de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord de la Martinique », un bien naturel au potentiel d’exceptionnalité et d’universalité désormais reconnu à l’échelle nationale.

Dans l’âpre course à la reconnaissance internationale de biens d’exception sur La Liste du Patrimoine Mondial, le projet de Bien Martiniquais des « Aires volcaniques et forestières de la Montagne Pelée et des Pitons du Nord de la Martinique » a obtenu une validation décisive menant à cette consécration mondiale: celle de sa Déclaration de Valeur Universelle
Exceptionnelle, (DVUE).

En effet, l’audition hautement technique du 11 octobre 2016 dernier de la délégation UNESCO de Martinique devant les instances du Comité National des Biens Français au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (CNBFPM) a été couronnée d’un franc succès.

Par courrier en date du 24 octobre 2016, adressé au Président du Parc Naturel de Martinique, Louis BOUTRIN, la Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, Ségolène ROYAL a confirmé, suite à l’expertise du Comité national, de la « validité des grands principes de la Déclaration de Valeur Universelle exceptionnelle » du Bien Martiniquais. Cette DVUE consacre donc les fondements de l’exceptionnalité du territoire Martiniquais au travers de deux critères issus de la Convention de 1972 :

 Le premier critère, le critère viii, relatif au volcanisme ainsi qu’à la géologie de l’île, est maintenu, reconnaissant ainsi la singularité du Bien Martiniquais, comme un Bien insulaire océanique caribéen, identifié par l’UICN comme lacune du Patrimoine Mondial pour les volcans et dont son potentiel d’exceptionnalité est constitué de reliefs en « pitons »[3] et d’un volcanisme mondialement reconnu le type « péléen ». De plus, la Martinique est la seule île de la Caraïbe témoignant – avec la présence des trois arcs volcaniques des Antilles – d’une histoire géologique sur 25 millions d’années, depuis le sud de l’île jusqu’au Bien ;

 Le second critère, le critère x relatif à l’endémisme et à la richesse de la
biodiversité, soulignant l’importance de notre territoire comme un creuset de la biodiversité antillaise et plus largement caribéenne[4] et est reconnu parmi les 100 aires naturelles les plus irremplaçables du monde abritant tous les étages forestiers des Petites Antilles, dans des continuités naturelles de la mer aux sommets, contenant des forêts primitives, et dont la flore est représentative de l’essentiel de la diversité biologique et de l’endémisme des Petites Antilles[5]. »

En effet, l’audition hautement technique du 11 octobre 2016 dernier de la délégation UNESCO de Martinique[1] devant les instances du Comité National des Biens Français au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (CNBFPM) a été couronnée d’un franc succès.

Cette première validation nationale, augure d’une poursuite favorable du projet dans les prochaines années amenant à relever un certain nombre de défis, notamment :

  •  Veiller à une gestion raisonnée et durable de ce bien impliquant les communautés locales ;
  •  promouvoir le partage de la connaissance des valeurs et attributs du Bien et son appropriation par tous ;
  •  initier une démarche collaborative en matière de protection, sauvegarde et de gestion des espaces naturels remarquables au sein des Petites Antilles et notamment au titre des Biens du Patrimoine Mondial ;
  •  mais également de déterminer et garantir l’état de conservation du Bien martiniquais, ainsi que les mesures de gestions inhérentes dans la perspective d’une prochaine inscription.

C’est en sens que la délégation martiniquaise de la mission Unesco est invitée à une prochaine audition qui se tiendra au cours du premier semestre 2017 afin de valider l’état d’intégrité ainsi que le périmètre précis du Bien. En attendant, la stratégie de communication et de mobilisation se poursuivra sur l’ensemble du territoire dans les prochaines semaines par l’organisation d’ateliers territoriaux.

Photo : @Cedric Rareg


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *