La salariée de « Cad’Home » arrête sa grève de la faim

Vues : 78

La salariée de Schoelcher a décidé d’arrêter sa grève de la faim ce samedi après-midi après la visite de la CSTM. (Ci-dessus Mme Dominique Prébost, Mme Edgard Annick au centre et un membre du syndicat).

Suite à un licenciement jugé abusif, Mme Edgard Annick avait entamé une grève de la faim hier matin devant le siège social de l’association qui l’emploie, à la Cité Ozanam de Schoelcher.

annick-edgard-et-la-cstm

Mme Edgard Annick avec les membres de la CSTM

Bertrand Cambusy, secrétaire générale de la CSTM a réussi à la convaincre de cesser de mettre sa vie en danger.

Une sage décision applaudie par son groupe de soutien; très affaiblie, Mme Edgard a pu regagner son domicile pour s’alimenter et se reposer.

A ce jour la direction reste injoignable. La CSTM, qui a une section syndicale dans l’entreprise, compte porter plainte contre l’association « Cad’Home » pour mise en danger de la vie d’autrui.

Une rencontre est prévue ce lundi 04 mai à 11 heures avec le directeur de la DIECCTE , Mr Ronan Léaustic, pour discuter de la suite à donner à ce dossier.

Communiqué CSTM :

Curieusement, après que le Secrétaire Général de la CSTM ait obtenu de la salariée abusivement licenciée qu’elle arrête sa grève de la faim qui mettait en danger son intégrité physique, les responsables de l’association « Cad’Home » en particulier la directrice Mme Agnès Cousin-Bourne, le Président Monsieur Frantz Jean, le Vice-Président Monsieur Patrick Lugieryet les coordinatrices de secteur, Mesdames Michèle ELELEDA et Paule BASS-KARINE qui avaient disparus depuis 48 heures sont sortis de leur trou et ont réapparus et tenté de pénétrer dans les locaux de l’association. Ils ont été éloignés par des jeunes se trouvant à proximité et ayant compris le combat de la salariée gréviste de la faim.

Pire, subitement, les autorités, en particulier le Directeur adjoint de la DIECCTE, sont parvenus à les joindre alors qu’ils étaient introuvables depuis deux jours et ont convenu avec eux d’un rdv pour lundi.

La CSTM dénonce ce comportement des dirigeants de l’association et indique qu’elle prendra toutes ses responsabilités comme à l’accoutumée tant juridiquement que par sa présence physique sur le terrain.

La CSTM demande aux autorités préfectorales qui ont attribué l’agrément à cette Association de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour marquer un coup d’arrêt aux agissements répréhensibles et aux délits constatés par ses services qui ont même dressé procès-verbal.

Voir notre précédent article sur le même sujet : http://www.people-bokay.com/licenciee-elle-entame-une-greve-de-la-faim/