L’Afro-Féminisme à la Sorbonne : Françoise Vergés et les Afro-descendant(e)s dénoncent les injustices en France

Vues : 681

Au micro, Françoise Vergès – Politologue et militante féministe anti-raciste

Quartier latin dans le 5ème arrondissement de Paris. Entrée de la Chapelle depuis la Cour d’honneur à la Sorbonne, quelques pas plus loin, nous sommes dans l’Amphithéâtre Guizot.Les Antillais, Réunionnais, Africains ce sont rencontrés à l’Université Paris Sorbonne, samedi dernier, à l’appel de l’Adeas, une Association D’Étudiants Africains, qui existe depuis 2002. L’Association qui a pour but, l’entraide de ses adhérents dans un esprit panafricain, s’intéresse également aux problématiques liés aux Afrodescendants. Le thème de la Conférence-débat : « De La Nécessité de l’Afro-Féminisme en France ».
Pour discuter de cette question, cinq intervenantes autour de la table des orateurs , toutes impliquées par les conditions des femmes noires en France métropolitaine.

20160213_165021

LE CORPS DE LA FEMME NOIRE EST RACISÉ : « la misogynie noire ! »

La doyenne Lydie Dooh-Bunya, a 82 ans. La Camerounaise est un témoin historique de la place des femmes africaines à Paris, une pionnière dans les causes féministes. Elle est la fondatrice du MODEFEN (Un Mouvement de Défense des Droits de la Femme Noire). Aujourd’hui, cette femme qui dit « être née Féministe », transmet son expérience aux plus jeunes avec toujours la conviction que le combat des droits, des femmes noires, pour le respect de leur dignité n’est pas terminé. Many Chronique (enseignante et auteure du Blog Many) parlera de son expérience dans le cadre scolaire. Comment, de façon intelligente elle aide et conduit les étudiantes noires à s’émanciper des préjugés raciaux de toute sorte. Naya Ali, journaliste et blogueuse, dénonce la racialisation. Une nouvelle expression qui décrit comment est vu la femme dans le prisme de la société française. Le corps des femmes noires est racisé, car le cheveux nègre, le corps nègre sont des causes de discrimination, de moquerie. Et ces formes de moquerie c’est de la misogynie noire, alerte une intervenante.

20160213_164807

L’AFRO-FÉMINISME EST UN COMBAT POLITIQUE : « on doit relier toutes les luttes »

Mais pour la Politologue et militante anti-raciste, Françoise Vergès, l’afro-féminisme n’est pas que physique c’est aussi un combat politique. La discrimination étant structurelle, puisque la société dans laquelle on vit, reproduit à l’infini et de façon permanente, les pratiques discriminatoires qui affaiblit et défavorisent les femmes noires et les placent dans une situation d’infériorité. Toujours selon, la réunionnaise Françoise Vergès, il est aussi question d’Africanité, « on doit relier toutes nos luttes d’Afrique, d’Amérique du Sud et des Antilles ».

20160213_170607

Une martiniquaise à la conférence 

IL FAUT RECONSTRUIRE DES SOLIDARITÉS : « il s’agit de faire du concret »

La Représentante du Collectif Mwasi, insiste sur le travail de terrain du groupe. L’objectif de ce collectif afro-féministes, dans lequel évolue des femmes noires de France, il s’agit de faire du concret. Accompagner des femmes dans des procès par exemple, conseiller celles en difficulté, aider leurs sœurs par des actions visibles, c’est leurs préoccupations. Toutes les intervenantes ont fédéré autour de l’importance de la lutte collective. Lady Kassoum, une chanteuse-tchadienne invitée, souligne avec humour, la nécessite de reconstruire des solidarités à partir des constats qu’il faut dénoncer, comme les violences policières. Pour les intervenantes, la lutte collective reste importante, tous les combats dans le monde se gagne collectivement, reconnaissent-elles unanimement.

LES VIES QU’ON EFFACE EN SILENCE : « Celles qui ne comptent pas »

Plus que de l’action, il faut aussi associer l’éducation, rappelle Françoise Vergès. « Il faut éduquer les filles, mais aussi les garçons, combattre l’exclusion des hommes contre les formes de racialisation dans le monde. Sans connaissance, poursuit-elle, on manque de force ! » Elle explique ensuite que  l’Afro féminisme, c’est faire la différence avec les vies qui comptent et avec celles qui ne comptent pas, qu’on efface dans le silence : « C’est insupportable de vivre ça ».

20160213_163303

Many Chronique – Lydie Dooh-Bunya (MODEFEN)

LA QUESTION DU COMMUNAUTARISME : « Un héritage colonial »

La question du communautarisme est évoquée, après qu’une jeune passante ait été interrogée dans un montage vidéo, un micro-trottoir. Pour Many Chronique (enseignante), cette gêne, ce malaise chez les noirs de refuser au communautarisme, remonte à la période esclavagiste. L’article 16 inscrit dans le Code Noir de 1685, repris mot à mot dans le Code Noir de 1724 est à l’origine de cette frustration, les Noirs n’avaient pas le Droit d’être ensemble, ces articles « interdisaient aux esclaves de s’attrouper le jour et la nuit ». Cet héritage colonial, culpabilise aujourd’hui les afro-descendants qui vivent en France. Selon la Politologue Françoise Vergès, « dans un Pays obsédé par le passé, on nous fait des reproches quand on parle de notre passé ! Nous accuser d’être communautaire, c’est « un discours qui veut nous culpabiliser ».

20160213_162409

La Conférence-Débat s’est terminée sur les questions des étudiants et invités dans l’Amphithéâtre Guizot, avec un échange entre la représentante de l’île de la Réunion , Françoise Vergès et une étudiante de la Martinique. L’Afro-féminisme est une convergence de toutes les questions qui concernent les afro-descendant(e)s éparpillé(e)s sur les autres continents.

Dorothée Audibert-Champenois

®photos Dothy A-Ch


1 commentaires :

  1. Marline

    Ce;a me vient pas du code noir. C’est la définition du noir qui pose problème. Normalement tout pays se construit dans l’ethnicité. Dire qu’un gars typé brésilien est noir et dire qu’un gars typé sénégalais est noir, risque à long terme de poser problème. ILs peuvent être afro=descendants mais on est pas ce que sont nos ancêtres, c’est juste que des personnes mettent dans des catégories des êtres humains. Dans le cas des noirs, on regroupe ensemble ce qui n’est pas blanc. Chez les noirs vous allez automatiquement voir se développer du colorisme, si on fait une différence entre blanc et noir on fera une différence entre noirs.

Les commentaires sont fermés