L’appel d’Alfred Marie-Jeanne aux Martiniquais

Vues : 134

Alfred Marie-Jeanne à la fête de Ste Marie ce 15 août

Lettre d’Alfred Marie-Jeanne, directement adressée aux martiniquais, où il esquisse, à quelques mois des élections de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM), les grandes lignes de son programme.

Au nom du GRAN SANBLÉ dont je suis la tête de liste, j’ai pris l’initiative de m’adresser directement à chacune et à chacun de vous.

Martiniquaises, Martiniquais,

Électrices, Électeurs,

Le 6 décembre 2015, vous serez conviés à voter pour la mise en place de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM). C’est une nouveauté.

Cette CTM a été portée sur les fonds baptismaux par Claude LISE et moi-même.

Nous avons bataillé dur pour obtenir cette fusion du Conseil Général et du Conseil Régional. C’est sous la présidence de Jacques CHIRAC que nous avons obtenu une modification de la constitution qui a permis cette évolution favorable.

L’enjeu est fondamental. Il s’agit d’unir nos efforts, de se mobiliser pour préparer la transition puis la mutation de notre société vers un nouveau modèle de développement.

Cette transformation avait déjà été initiée sous ma mandature et celle de Claude LISE. La Région Martinique s’était hissée au 12ème rang des 26 Régions françaises. À la tête de la seule Collectivité territoriale à ne pas sombrer dans un déficit abyssal, j’ai su maintenir un haut niveau d’investissement, accompagner la transformation numérique de l’économie, créer le pôle agro-alimentaire (PARM), l’Institut des Métiers du Sport et lancer les grands chantiers structurants indispensables à notre développement. L’exemple du Transport Collectif en Site Propre (TCSP), outil incontournable pour la modernisation des transports publics, en est une éclatante illustration. Vous savez, par ailleurs, tout ce qui a été réalisé sous la présidence de Claude LISE, au Conseil Général ,tant sur le plan de l’équipement de la Martinique en infrastructures : nombreux collèges, front de mer de Fort de France, des gares routières et maritimes, que sur le plan de la politique sociale.

Je confesse que ce bilan pour important qu’il soit, n’a pas été suffisamment mis en exergue.

Piman pa ka vanté fos-li.

Cette piqûre de rappel est aussi notre viatique, notre atout, notre preuve dans l’épreuve.

Aujourd’hui, toute personne sensée ne conteste pas l’état lamentable dans lequel se débat notre Pays.

La Martinique, loin d’avancer, s’enfonce dans un marasme qui hypothèque lourdement son avenir.

C’est la cata généralisée :

– Jamais gabegie n’a été aussi démesurée.

– Jamais népotisme n’a été aussi répandu.

– Jamais corruption n’a tant éclaboussé nos responsables politiques.

– Jamais l’Etat et ses services n’ont été aussi « soutireurs »

– Quant à la justice « dlo dépasé farin ».

Si pa té ni tou sa soutirè

Pa té kay ni tou sa volè !

Le vaisseau Martinique est en perdition.

La question du changement s’impose d’elle-même avec acuité. Il faut impérativement un projet alternatif et une nouvelle équipe pour éviter le pire.

Beaucoup d’entre vous m’ont donc demandé de revenir aux affaires. Après réflexion, face à la situation dégradée du pays et à la perte de confiance généralisée, j’ai décidé de remettre l’ouvrage sur le métier.

Cependant, l’appel que je lance aujourd’hui n’est pas fondé sur l’illusion car je préfère être porteur d’espoir que marchand d’imaginaire.

Je vous demande solennellement de vous engager avec moi.

Pour quoi faire ?

– Pour consacrer le budget de la CTM au redressement et au développement du pays.

– Pour mettre sur pied un Plan d’Aménagement et de Développement Durable, document unique regroupant tous les autres pour plus de cohérence, de pertinence et de visibilité.

– Pour établir un véritable partenariat avec les Communautés d’Agglomération (CAP NORD, CACEM, ESPACE SUD), en y intégrant les Chambres Consulaires (Commerce et Industrie, Agriculture, Métiers), le Comité des Pêches et, là encore, pour plus d’efficience globale.

– Pour poursuivre et améliorer le désenclavement du NORD, je propose, notamment :

L’organisation d’un transport maritime de passagers régulier, moderne et rapide, sur la côte Caraïbe
La mise à 2 fois 2 voies de la RN1 vers la ville de Trinité
La prolongation du TCSP jusqu’à Schoelcher et à l’Université.

– Pour recapitaliser les entreprises martiniquaises : je m’engage à recréer un partenariat avec les acteurs privés. Je pense à des outils tels que la Banque Publique d’Investissement (BPI) et SAGIPAR.

– Pour poursuivre le dialogue avec l’État et l’Union Européenne et éviter ainsi tout dérapage contrariant le développement endogène de notre pays et notre ancrage irréversible dans notre bassin géographique proche.

J’ai l’ai dit. Je le répète encore : « Il ne suffit pas d’espérer pour agir, il faut aussi agir pour espérer »

Cependant, il nous reste d’autres défis à relever :

– Le défi démographique en faisant reculer les risques de dépeuplement et de dévitalisation du pays

– Le défi économique en sachant saisir les opportunités, dans une économie mondiale changeante, à partir de produits à haute valeur ajoutée

– Le défi écologique qui exige de plus en plus une gestion respectueuse de notre environnement

L’homme Martiniquais peut aussi féconder le monde par son ingéniosité et sa maitrise du savoir.

Ceux qui ont mal géré, partout où ils étaient aux postes de commandes, ne sont pas qualifiés pour nous donner des leçons de gestion.

L’endettement est certes nécessaire et utile pour entrainer la dynamique économique : c’est une vérité de La Palice…

C’est le surendettement à dérapages incontrôlés qui est cause d’asphyxie par strangulation de l’économie et de souffrances pour le peuple.

D’autres cas du même genre seront sur la sellette tantôt !

Ma légitimité, c’est au sein du peuple que je l’ai puisée.

Je n’ai pas trahi cette confiance même si des fois j’ai été mal compris.

J’accepte le peuple tel qu’il est dans sa riche diversité.

Il demeure souverain.

Mon souhait ardent est qu’il soit UN.

Je compte sur vous, comme vous pouvez compter sur moi.!!!

Mwen ka konté an lè zot, kon zot sav zot pé konté anlè mwen.

Alfred MARIE-JEANNE

Liste Gran Sanblé pour faire réussir la Martinique


1 commentaires :

  1. Tranquille

    Si on comprend l’initiative d’Alfred Marie-Jeanne de solliciter les Martiniquais pour lui donner un coup de main et lui permettre de reprendre le contrôle du pays Martinique, on comprend, ou on ne comprend pas le moins du monde le papier du Journaliste de Radio Martinique1ère qui se fait le propagandiste, le porte parole de Marie-Jeanne en résumant le papier du Député Martiniquais en campagne pour la collectivité territoriale de Décembre 2015, question de mieux expliquer aux Martiniquais qui n’auraient pas eu cette lettre entre les mains.
    OK pour le résumé de cette lettre, mais faut-il qu’intervienne derrière, un décryptage, car Marie-Jeanne n’est pas monsieur vérité, toute vérité, rien que vérité, et en plus il est en campagne, c’est toute l’importance, Marie-Jeanne est dans son rôle, et le journaliste doit savoir quel est son rôle, et surtout ne pas se mettre aux ordres des politiques, de quelque bord qu’ils se situent.
    Monsieur Bertrand Caruge s’est discrédité aux yeux des Martiniquais s’étiquetant MIM par la même occasion, et ça, c’est absolument regrettable pour un journaliste qui perd ainsi la confiance des auditeurs de ce média.
    Il faut que les journalistes s’abstiennent d’avoir du parti pris, pour qu’ils soient crédibles.
    Il n’est pas interdit d’avoir ses opinions, mais les révéler à l’antenne, c’est ignoble.
    Il convient de faire des analyses dépouillées de toute influence et surtout s’appuyer sur des données vérifiables et non subjectives.
    Monsieur Bertrand Caruge devrait être exclu de toute participation journalistique en politique

Les commentaires sont fermés