L’auteur des fausses alertes à la bombe reconnu coupable mais reste libre

Vues : 404
alerte-a-la-bombe-martinique

Le tribunal correctionnel a déclaré l’homme de 44 ans coupable pour les fausses alertes à la bombe de janvier dernier. Malgré sa condamnation à 12 mois de prison ferme, le tribunal ne l’a pas laissé en prison.

Toutes les preuves récoltées par la police lors des investigations et de la perquisition du domicile de l’individu le désignaient comme l’auteur des appels. Malgré tout, ce quadragénaire a nié les faits jusqu’à la fin. Après avoir géo-localisé les appels et identifié le numéro de téléphone, les policiers ont trouvé chez lui plusieurs portable dont un contenait la fameuse puce. Les numéros des victimes sont dans son répertoire. Ils trouvent également une coupure du quotidien local concernant l’affaire.

Pour rappel, huit sites avaient été visés par de fausses alertes à la bombe, La Galleria, l’aéroport Aimé Césaire, Geant, Robert et Batelière ou encore la mairie de Fort-de-France. Le Foyalais jure qu’il n’a pas passé ces coups de fil anonyme. Il accuse le propriétaire de la puce. En effet la puce a été volée en septembre 2015. Son discours est cohérent mais ne colle pas avec la réalité des faits et des preuves.

Le prévenu est diplômé de sociologie (bac+5) et de géographie (bac+3), il prétend travaillé comme consultant en attendant de monter sa société. Mais au final, il vit des allocations et consomme du cannabis qu’il teste également pour les dealers. Le tribunal correctionnel le condamne à 12 mois de prison sans le maintenir en détention. Après un mois passé au centre pénitentiaire de Ducos, dans l’attente de son procès, il retrouve la liberté. Il devra se présenter à nouveau au tribunal pour un aménagement de sa peine.

M.T