Le Bélize en danger

Vues : 569

D’abord refuge des pirates, puis colonie britannique avant de retrouver son indépendance en 1981, le microÉtat du Bélize compte aujourd’hui près de 350 000 habitants, dont 200 000 vivent des ressources de l’océan Atlantique. Cependant, ces dernières années, les écosystèmes ont été endommagés par les constructions côtières, et des projets de forages pétroliers les menacent encore plus. Le WWF entre en action pour faire pression.

Ce pays d’Amérique centrale abrite de grandes richesses naturelles et culturelles. C’est tout d’abord un carrefour culturel important (cultures créoles, sud-américaines, précolombiennes, mais aussi issues de l’immigration asiatique). C’est aussi un pays au patrimoine naturel extrêmement riche, d’une faune et d’une flore exceptionnelle. Son immense barrière de corail est inscrite à la liste du patrimoine en danger de l’UNESCO depuis 2009. C’est dans l’un de ces atolls que se trouve le célèbre Grand Trou Bleu, une grotte circulaire aux parois abruptes, profonde de 120 m, que plébiscitent les plongeurs du monde entier.

Dans ces eaux, évoluent près 1 400 espèces différentes de poissons, coraux, et surtout les derniers lamantins des Caraïbes ainsi que des requins et des tortues également en danger d’extinction. Leur survie réside donc énormément dans la préservation de leurs habitats respectifs.

belize2

Le développement d’infrastructures côtières telles que des hôtels ou des industries a déjà mené à la destruction de coraux et de nombreuses mangroves qui, rappelons-le, comptent parmi les écosystèmes les plus productifs en biomasse de notre planète. Leur dégradation fragilise les côtes face à l’érosion, les ouragans, ou les tsunamis.

La WWF a adressé une pétition au Premier Ministre, dans laquelle l’ONG rappelle que la barrière de corail contribue à hauteur de 15 % du PIB annuel du pays : 15 millions de dollars (US) pour la pêche industrielle et 200 millions de dollars grâce aux activités touristiques.

Ainsi, il est important pour les habitants comme pour le reste du monde de protéger la barrière de corail du Belize : ensemble, empêchons les nouvelles prospections pétrolières pour ne pas transformer ces étendues marines du Belize, d’un bleu magnifique en un trou noir.

Vous pouvez contribuer à la pétition en vous rendant sur le site de la WWF (en anglais).

Texte : Mickaël Léonce

Photo : WWF