Le bras de fer continue au Conseil Général

Vues : 9

Les discussions entre les agents et l’exécutif du Conseil Général sont au point mort. Depuis lundi, chacun campe sur ses positions. La CGTM-FSM souhaite que les autres formations syndicales le rejoignent pour intensifier le mouvement.

C’est un véritable dialogue de sourd qui s’est installé au Conseil Général. La CGTM-FSM souhaite avoir des précisions sur la situation du personnel départemental pour la CTM. La présidente a demandé la fin de la grève pour recevoir les représentants syndicaux. Elle refuse de discuter sous pression. Pour la CGTM-FSM, qui souhaite des réponses, estime que l’attitude de Josette Manin est inadmissible.

Le syndicat veut des réponses et durcit son action. Les agents affiliés à la CGTM-FSM ont annoncé qu’ils se mobiliseraient autour des centres de la Protection maternelle et infantile (PMI). Il en existe 45 répartis sur tout le territoire. Ces centres représentent le bras armé de l’action sociale de la collectivité départementale. Lundi, le centre administratif (CADM) était paralysé. Depuis les agents ont fermés quatre nouveaux sites : Le service informatique, deux centres de services techniques et la direction de l’éducation.

Dans un communiqué distribué aujourd’hui, la CGTM-FMS appelle les autres syndicats à le rejoindre dans son action. Il semblerait que la section syndical UNSA ait déposé un préavis de grève lundi. Les deux organismes affirment avoir les mêmes revendications. Si la présidente maintient sa position les deux syndicats pour alors s’associer pour faire plier l’exécutif.

A.G