Le cinéaste d’origine antillaise, réalisateur de « 12 years a slave » expose à Paris

Vues : 1259

La Galerie Marian Goodman abrite pour encore deux semaines un artiste inattendu. Le réalisateur Steve Mc Queen est ici à Paris. Depuis le 9 janvier, le réalisateur d’origine antillaise, de 46 ans, expose ses œuvres, en toute discrétion. Steve Mac Queen serait, selon le magazine « Le Figaro Madame« , un plasticien célébré dans les grands musées. Turner Prize en Grande-Bretagne en 1999, Caméra d’Or à Cannes en 2008, Oscarisé trois fois en 2014 aux USA, le réalisateur est pourtant discret, et fait peu parler de lui. Zoom sur un artiste surdoué.

12 years

Après deux succès cinématographiques, « Hunger » et « Shame », Steve Mc Queen , réalise en 2013, un monument cinématographique, un chef d’œuvre : « 12 Years a slave », un film qui encore aujourd’hui aiguise la rage des afro-descendants. Un hymne contre l’injustice et contre l’esclavage . Un film radical, avec des scènes crus , des dialogues violents et, rempli d’émotions : ces femmes esclaves qui chantent avec des larmes, qui gloussent leurs malheurs dans les immenses plantations de coton. Mais aussi de douloureux choix quand Solomon Northump grince son fouet dans la chair de sa protégée Patsey, juste pour se sauver lui-même. Deux heures de corps en souffrance, d’abomination d’une vie d’esclave emprisonné et d’espoir torturé. Si réaliste dans les jeux des acteurs, puisque c’est de cela dont il s’agit, de la réalité, de la vie en 1841 des esclaves en Louisiane, un État du Sud des États-Unis.

Lupita-Nyong-a

« Twelve years a slave » raconte l’histoire vraie d’un noir libre de New York, Solomon Northump, père de famille, musicien, embarqué malgré lui, sur un navire-marchand où il est vendu comme esclave.
Steve Mc Queen a révélé dans ce film, une artiste de talent, la kenyane Lupita Nyong’o (Patsey), oscarisée, meilleure actrice de second rôle à la Cérémonie de remise des Oscars en 2014. Le cinéaste britannique, de parents originaires de la Grenade (aux Antilles anglophones) à décroché le Graal, Steve Mc Queen, s’est vu décerné, ce soir là, l’Oscar du meilleur film.

Aujourd’hui, le réalisateur, artiste surdoué, s’installe quelques temps à Paris, l’occasion pour lui d’échanger avec les parisiens jusqu’au 27 Février prochain. Steve Mc Queen, est un fidèle, c’est la cinquième fois qu’il fait découvrir ses peintures aux visiteurs, dans cette galerie du 3ème arrondissement.

Dorothée Audibert-Champenois