Le CM98 fête la Mémoire des esclaves et appelle à la Réconciliation

Vues : 252

« Le 10 Mai, on commémore l’abolition de l’esclavage, le 23 Mai, on honore la mémoire des victimes de l’esclavage». Pour Serge Romana Président du CM98 ( Le Comité Marche du 23 Mai 1998) ces deux commémorations sont différentes. Et ce 23 Mai 2016, le CM98 fera tout pour le faire comprendre.

20160523_183815

Hier, l’Association, a organisé dans les jardins du Ministère des Outre-Mers, une fête géante, ouverte à tous : « Limyè Ba yo ». Un flambeau qui est resté allumé tard au Ministère. Conque de lambi pour le rappel aux Morts, Tambours, Artistes et message de circonstance de Jacob Desvarieux, du groupe Kassav, c’était la partie artistique du programme.

20160523_181100

Une fête réussie avec entre autre le soutien du Ministère des Outres-Mers, qui recevait pour la première fois le « Comité Marche du 23 Mai 1998 » à l’Hôtel de Montmorin à la rue Oudinot dans le 7ème arrondissement.
Cette journée du 23 Mai est celle de la Fraternité dit le CM98, une journée mémorielle, dont l’objectif est la Reconnaissance des victimes de l’Esclavage et de la Réconciliation nationale. 

L’occasion d’interpeller le Président de cette Association, sur la toute nouvelle Fondation «Esclavage et Réconciliation», sœur de la Fondation pour la Mémoire de l’esclavage annoncée par le président Hollande le 10 Mai 2016 en présence du Révérend Jesse Jackson. 

20160523_183837

Selon Serge Romana, il n’y a aucune compétition entre ces deux Fondations, qui ont des objectifs différents.
La sienne, « Esclavage et Réconciliation » s’adresse plus particulièrement aux sociétés post-esclavagistes, cette Fondation est tournée vers l’Outre-Mer. L’autre Fondation, dirigée par le Béninois Lionel Zinsou, à une autre ambition, elle reste plus générale dans l’histoire de l’esclavage. Ces deux Fondations ne peuvent être que complémentaires, résume Serge Romana. (Extrait de son interview en fin d’article, il explique les projets de sa Fondation « Esclavage et Réconciliation »)

20160523_182204

Outre la réhabilitation de sites mémoriels qui se dégradent aux Antilles, le CM98, mènent de nombreuses enquêtes pour déterminer les lignées des hommes achetés et devenus esclaves aux Antilles. Un vaste chantier de recherches, généalogie, documentation.

20160523_214823

Pour la question de la réconciliation, Serge Romana est clair. « Il n’y a pas avoir de complexe, le Président du CM98, demandent aux descendants d’esclaves (Noirs) et de propriétaires d’esclaves (les Békés) de se mettre ensemble pour travailler et avancer sur cette question ». Un rapprochement qui peut être bénéfique pour la reconstruction de la Guadeloupe, le vœu de Serge Romana.

20160523_181407

Question qui pourrait l’agacer, mais qu’il faut poser. Pourquoi, est-ce nécessaire d’avoir en métropole deux dates pour une même commémoration. D’une traite, le Président de l’Association CM98, désapprouve le fait qu’il s’agisse du même hommage. Et quand bien même, pourquoi, « cela ne pose aucun problème aux juifs d’avoir trois dates de commémoration de la Shoah, ils ont plus de possibilité de parler de leur histoire, c’est tout. », répond Serge Romana.

20160523_180956

Quant aux lieux de mémoire, c’est reconnu, le lieu de mémoire le plus important au monde, se trouve en Guadeloupe, c’est le Mémorial ACTe, dans la rade de Pointe-à-Pitre. Mais Serge Romana, regrette qu’il y ait tant de « lieux de mémoire en déshérence, des cimetières d’esclaves à l’abandon, des moulins défigurés par les figuiers aux Antilles. Il y a énormément d’actions à faire ».

20160523_180943

Ce Lundi 23 Mai les cérémonies d’hommage ont commencé très tôt pour Serge Romana, Président de l’Association CM98. C’est tout d’abord, l’inauguration de 123 panneaux à Grigny, 213 noms de familles victimes de la traite négrière, un mémorial itinérant qu’il espère pouvoir installer dans un lieu adapté, un musée par exemple,cela aurait tout son sens. Mais développer l’idée de construire encore des musées c’est tout simplement ignorer qu’il en existe aux Antilles, en France c’est la route de l’esclavage à Fessenheim, dédié à Victor Shoelcher, qu’il cite en exemple. C’est dans le Haut-Rhin au Nord-Est de Mulhouse.

20160523_221402

Pour Serge Romana, le 23 mai est un temps pour honorer la mémoire des victimes de l’esclavage. C’est une fête de la Fraternité qui n’exclut personne dit-il, il faut montrer nos Arts, l’Art des descendants d’esclaves. Le public en contact direct avec les organisateurs mais aussi leur Ministre, George Pau-Langevin descendue les saluer après son discours.

20160523_220641

Le concert des DécheNné, c’était la seconde partie du programme avec pour la Martinique, Dédé Saint-Prix, Véronique Hermann-Sambin, le réunionnais Davy Sicard,

20160523_221402

Jacob Desvarieux venu en guest-star pour quelques minutes de chant, le tout orchestré par le martiniquais Tony Chasseur.

En dernière partie était annoncée le groupe martiniquais Malavoi.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois – Photos Dothy A-Ch

ro 2

Serge Romana, le Président du CM98 au micro de Dorothée Audibert-Champenois détaille les actions au sein de l’Association, le « Comité Marche du 23 Mai 1998 » :