Le Conseil Départemental de la Jeunesse sensibilise les jeunes au vote

Vues : 23

A l’approche des élections à la CTM, le Conseil Départemental de la Jeunesse (CDJ) a décidé de s’attaquer à un problème majeur. L’abstention massive des jeunes lors des scrutins, jusqu’au 21 novembre une campagne de sensibilisation, intitulée « YES jénès matinik ka voté » a été mise en place les sensibiliser au vote.

Les 6 et 13 décembre prochain les Martiniquais devront se prononcer sur la composition de la nouvelle collectivité, la CTM. Mais l’enjeu est grand mais pas sûr qu’il draine du monde vers les urnes. Quand il s’agit d’élection les derniers scrutins ne mentent pas. Les chiffres sont à la baisse depuis de nombreuses années. La Martinique n’est pas épargnée par cela.

Ce sont surtout les jeunes, les moins de 30 ans qui boudent essentiellement les élections. Pourquoi ? La réponse sera la même du Nord au Sud de l’île : ils ne se sentent pas concernés. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), 42% des électeurs âgés de moins de 30 ans n’ont participé à aucun scrutin. L’organisme indique également que 50% des martiniquais âgés de 18 à 30 ans ne comptent pas se rendre aux urnes. Des chiffres qui ont fait réagir le CDJ qui a créé la campagne « YES jénès matinik ka voté ».

Cette dernière a pour objectif de sensibiliser les jeunes sur l’acte civique, afin qu’ils comprennent les enjeux et l’importance du droit de vote. Le CDJ veut que la jeunesse martiniquaise prenne sa place dans la vie sociale et publique. En mobilisant et en incitant les jeunes à se déplacer vers les urnes, il souhaite baisser de manière significative l’abstention aux prochaines élections.

Et pour réussir cela une série d’action sera menée : intervention en milieu scolaire et des stands d’information, participation à des émissions dans les médias, mise en place d’un kit du jeune électeur, la diffusion de vidéos humoristiques mettant en scène trois comédiens appréciés du jeune public, sans oublier une omniprésence sur les réseaux sociaux.

A.G