Le lycée de transit au milieu de la discorde

Vues : 499
lycee-transit-bas-maternite

Hier (28 avril) une visite de l’ancienne maternité de Redoute a été organisée pour constater l’avancée des travaux. A l’issue de cela deux clans sont clairement identifiés. Ceux qui sont pour l’aménagement et leurs opposants.

Cette visite aura eu pour mérite d’agiter les esprits. Deux clans s’opposent. D’un côté, la communauté scolaire du lycée Schoelcher qui ait convaincu qu’emménager en septembre prochain est tout à fait possible. De l’autre les élus de la CTM, représenté par Sylvianne Saïthsoutane conseillère exécutive chargée de l’éducation, des collèges et lycées, qui indiquent que les travaux ne seront pas terminés à temps.

La collectivité maintient sa position, il y a encore trop de choses à faire sur ce chantier. Le bâtiment sera au final dédié à la CTM pour accueillir des services annexes. Mais lycéens, parents d’élèves et professeurs pensent que cela est encore possible, la visite des lieux a fini de les convaincre. Ces derniers semblent déterminés à faire plier la collectivité si aucune autre alternative, digne de ce nom, n’est proposée.

Pour l’instant la ventilation n’est pas installée, le cloisonnage n’est pas fait ou le carrelage n’est pas encore posé. A cela s’ajoute toutes les spécificités de certaines salles comme les laboratoires par exemple.  Mais le débat sur le lycée de transit s’est également emparé du quartier de Bas-Maternité, à Fort-de-France. Il y a quelques temps un collectif s’était constitué pour dénoncer les nuisances causées par le chantier. Il avait obtenu gain de cause. Mais voilà que 24 heures avant la visite un nouveau collectif s’est formé, celui-là est favorable à l’accueil des élèves. Il estime que l’établissement redynamiserait le quartier qui est « mort ».

A.G