Le mariage homosexuel est offensant et insultant, la Barbade dit non

Vues : 1255

« Le mariage homosexuel ne sera pas toléré à la Barbade », c’est le message que vient d’annoncer Steve Blackett, le ministre de la Santé et du Développement communautaire. Le Parti travailliste démocratique (DLP) assure que la moralité sera au cœur de la campagne électorale de cette année 2018.

Dans un discours musclé prononcé lors d’une réunion du Parti travailliste démocratique (DLP), Steve Blackett s’est plaint que les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les intersexués (LGBTI) « harcelaient » le gouvernement pour qu’il accepte les unions homosexuelles. Mais le ministre a annoncé que même s’il était tolérant envers la communauté LGBTI, l’administration du DLP ne céderait pas à leurs exigences.

Steve Blackett a poursuivi : « Ce lobby LGBT est insistant, persistant et selon lui, la communauté est marginalisée et stigmatisée … Ils ont été si insistants et si persistants que moi, en tant que personne hétérosexuelle, en tant que personne droite, je pense que nous commençons à nous sentir marginalisés, harcelés et stigmatisés par eux ».

« Si vous voulez être homosexuel, c’est votre affaire … Rien de mal à ça du tout. La Barbade a toujours été tolérante envers les homosexuels. Tous ceux qui ont grandi à la Barbade savent ce qu’ils sont intégrés dans nos communautés. Ce sont nos parents, notre famille ou nos amis, nos amis et parents, nos coiffeurs, nos tailleurs … Les relations homosexuelles dans la plupart des quartiers ne sont pas nouvelles », a-t-il précisé.

Mais ce que leur reproche Steve Blackett c’est : « Une tentative de transposer et de transplanter une culture étrangère à la Barbade appelée mariage homosexuel. Nous devons également regarder cette tentative rampante d’offenser et d’insulter nos sensibilités morales ici à la Barbade », a poursuivi le le ministre de la Santé et du Développement communautaire.

Ces réactions du ministre font suite à la publication la semaine dernière, d’un rapport de « Human Rights Watch », une organisation des droits de l’homme, étroitement liée à l’ONU.

« Human Rights Watch » basée à New York a déclaré que la Barbade devrait « abroger l’article 9, chapitre 154 de la loi de 1992 sur les délits sexuels, qui criminalisent la conduite consensuelle homosexuelle ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Facebook C’news Actus Dothy
Imagesdecanherald/Montage-images Dothy


1 commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *