Le message de tristesse et d’espoir, d’un des trois policiers tués à Baton Rouge

Vues : 1232

Montrell Jackson, un des trois policiers tués dimanche matin à Baton Rouge en Louisiane était afro-américain.
L’agent de police fait aujourd’hui parler de lui, il avait posté un message sur les réseaux sociaux, manifestant, fatigue, agacement et un « ras–le bol ». Depuis l’affaire Alton Sterling où un passant avait filmé le 5 juillet dernier, des policiers qui tiraient à bout portant sur le vendeur de Cd, alors qu’il était couché par terre, le monde entier se tournait perplexe vers les Etats-Unis. Aux USA, les noirs ne décolèrent pas, crient aux scandales et au racisme. L’officier Montrell Jackson, 32 ans était à chaque fois sur les lieux des dernières mobilisations pacifiques à Baton Rouge.

2016-07-17t163941z_426840210_s1aetqczzpaa_rtrmadp_3_usa-police_0

C’est le lendemain, le 8 juillet qu’il écrit une lettre publiée sur FaceBook pour exprimer son exaspération. Ce Message depuis sa mort dimanche 17 juillet, a été effacé. Il n’est visible que grâce à des captures d’écran.
Montrell Jackson travaillait depuis dix ans dans la police et encadrait régulièrement les manifestations anti-racistes. Il ne supportait plus les colères des citoyens, ni la presse internationale postée en masse à Baton Rouge en Louisiane.

Voici l’original de son courrier  (traduit ci dessous) Ces mots sont pleins de désespoir, il expliquait à ces amis de Facebook, qu’il « était fatigué physiquement et émotionnellement » : 

CnoCDMdUAAQ1eUQ

«  J’aime cette ville, je le jure devant Dieu, mais je me demande si cette ville m’aime. Quand je porte l’uniforme, j’ai des regards sales et haineux, et quand je ne le porte pas, je suis considéré comme une menace. J’ai connu beaucoup de choses dans ma courte vie et ces trois derniers jours m’ont testé au plus profond de moi-même »
Il continue :
« S’il vous plaît ne laissez pas la haine contaminer votre cœur. Cette ville DOIT et VA s’améliorer.
Je patrouille dans ces rues pour que n’importe quel manifestant, policier, ami, famille, peu importe, si vous me voyez et que vous avez besoin d’une accolade ou d’une prière, faites-moi signe »

Selon la presse internationale, sa voisine Vicki Godal, parle « d’une personne très mal à l’aise avec tout ce qui était lié à la violence ». Depuis le 8 juillet, date de la bavure, le policier afro-américain enchaînait, fusillades, manifestations et face à sa communauté, la colère du Black Lives Matter.
Un projet d’assassinat de policiers avait dans le même temps été déjoué.

Dimanche 17 juillet, avec ses collègues Mathew Gerald et Brad Garafola, le policier Montrell Jackson était appelé sur la trace d’un ancien militaire suramé, ce dernier Gavin Long 29 ansi, les à tous les trois abattus à Baton Rouge. Trois autres policiers ont été blessés, le tireur afro-américain , qui semble avoir agi de façon isolé « a été abattu », a signalé dimanche le colonel Mike Edmonson, le chef de la police de l’État de Louisiane.

Dorothée Audibert-Champenois
Photo de Montrell Jackson (AFP)