Le moustique Aedes aegypti n’est plus le seul à transmettre le Zika


Publié dans : Actualites, Caraïbe, Monde
Mots clés :
Vues : 801
virus-zika

Les chercheurs brésiliens de la Fondation Oaswaldo Cruz (Fiocruz) ont découvert la présence du virus Zika sur le moustique Culex quinquefasciatus, lequel est beaucoup plus commun et répandu que les espèces identifiées comme étant vecteurs du virus.

Les résultats des recherches du premier institut pour la santé publique en Amérique du Sud suggèrent que le Brésil devrait revoir sa stratégie de lutte contre le Zika, laquelle devient une priorité dans le contexte actuel des Jeux olympiques.

« Nous avons un programme national de contrôle du moustique Aedes, mais nous n’avons rien pour Culex. De fait, si Culex est un vecteur important, nous devons tout redémarrer de zéro, » s’est inquiété Constancia Ayres, l’entomologiste qui conduit les recherches.

Le virus a été découvert sur le Culex quinquefasciatus  dans la ville de Recife, connue pour être le lieu des premiers cas diagnostiqués de microcéphalie. Cette espèce de moustique est vingt fois plus répandue que l’Aedes.

En réponse à cette annonce, le Ministère de la Santé du Brésil a déclaré rester convaincu que Aedes aegypti est le vecteur de transmission le plus important, avant d’ajouter que la lutte contre la propagation du virus se fait sans distinction d’espèces de moustique.

Pour le Docteur Ayres, Culex observe des comportements trop différents d’Aedes, ce qui nécessite une réponse stratégique différente de la première. Par exemple, Aegypti attaque de jour, tandis que Culex agit de nuit. De même, Aegypti se reproduit dans l’eau pure, tandis que Culex préfère l’eau polluée.

Aussi, le Ministère de la Santé a investi dans les tests de moustiques génétiquement modifiés pour lutter contre la propagation du Zika – ces tests ne concernent que la modification de l’espèce Aedes aegypti.

 

Texte : Mickaël Léonce
Photo : Philip Tacio