Le peintre expressionniste de Guadeloupe Omer Amblas expose à la galerie Eloka à Angers

Vues : 76

Aujourd’hui 9 juin à la galerie Eloka à Angers (Ouest de la France), Omer Amblas présentera ses tableaux,  jusqu’au 19 juillet, le public pourra découvrir les peintures de cet artiste antillais de 68 ans. Installé à Nieul-sur-Mer en Vendée,

le guadeloupéen qui est arrivé en France à l’age de 20 ans, définit sa peinture comme de l’expressionnisme abstrait.

Les peintures d’Omer Amblas, identifient obstinément des visages. Ils sont énormes, disproportionnés, lunaires mais expressifs et vivants. Certains imagineraient des masques africains, pour lui ce sont des «masques d’émotion ». Le peintre ne cherche pas le détail mais l’expression, assure t-il dans Sud-Ouest.

Dans Angers Mag, l’artiste instinctif explique son travail, qu’il réalise avec du sable ou de la poudre de marbre qu’il mélange à sa peinture « ce mélange mixte rend les toiles et les personnages plus vivants » souligne le peintre. Le glacis dit-il, c’est pour « mettre les couleurs en valeur ». Sinon, comme ses confrères, il utilise de l’encre, qu’il ajoute à l’acrylique et termine enfin par l’huile.

Selon Omer Amblas, interrogé sur l’idée centrale de ses peintures, à savoir des visages, complexes, pas faciles à comprendre. Le peintre répond : « C’est vrai que ce sont des formes étranges qui apparaissent sur mes toiles. Ce nez est trop long, ces yeux trop petits… Ces visages ne sont pas à taille humaine. Mes toiles ne sont pas facile d’accès, surtout les plus récentes, elles sont plus sombres, plus personnelles. Je dirais que c’est toute une suite d’histoires ; ces femmes croyantes, cet immigré qui n’a pas sa place dans le cadre, cette femme enceinte ».

omer amblas 2

Sa technique, c’est sa touche personnelle qui le différencie des autres, il la partage avec modestie lorsque des étudiants l’interpellent sur son style ou plutôt son écriture, préfère dire l’artiste : « Je suis gêné, il faut rester le plus humble possible. Tous les jours, je suis face à ma toile et c’est un combat. On peut avoir l’impression d’avoir réalisé un chef-d’œuvre alors que cela ne plaira à personne. Il ne faut jamais se reposer sur ce que l’on a accompli ».

Des expressions qui dépeignent douleurs, misères et les bonheurs du quotidien « On ne peut pas peindre un monde beau et constamment agréable, et voir, le soir à la télé, toutes ces horreurs ! ».

La peinture, Omer Amblas l’a découvert à l’école primaire où il est aussitôt repéré par son instituteur. Depuis, comme il le raconte « il est tombé dedans », c’est aujourd’hui pour l’artiste un besoin vital.

Le peintre guadeloupéen adore jouer avec ses pinceaux, avec la matière : « Je veux me faire plaisir, choisir ce que je veux faire de mon Art, ce que je recherche pour le public, c’est le plaisir des yeux, la simplicité ».

Le peintre Omer Amblas, expose du 9 juin au 19 juillet à la Galerie Eloka, au 12 rue Toussaint à Angers. Le vernissage est prévu aujourd’hui, jeudi 9 juin, à 18h30.

Ancien architecte spécialisé dans la conception des maisons individuelles, Omer Amblas a pris sa retraite en 2008, il est depuis un peintre à temps complet.

Dorothée Audibert-Champenois / Photos AngersMag