Le rappeur Snoop Dog veut plus de dialogue entre les noirs et la police américaine

Vues : 309
snoop dog

« Nous voulons instaurer le dialogue et un peu de communication pour que les policiers débutants sachent davantage à quoi s’attendre quand ils sont en patrouille dans les rues, pour que nous ayons un respect différent pour eux », ce sont les premières déclarations du chanteur de rap Snoop Dog devant le quartier général de la police de Los Angeles, durant une conférence de presse improvisée au lendemain du carnage de Dallas.

Vendredi dernier le rappeur afro-américain a participé à une manifestation devant le siège de la police de Los Angeles pour réclamer un dialogue actuellement bloqué entre la communauté noire et la police des États-Unis.

Une mobilisation et des déclarations suite à la tuerie au Texas où le réserviste de 25 ans Micah Xavier Jonhson à abattu froidement 5 policiers et blessés 7 autres personnes dont 6 policiers. Son objectif de tuer des agents blancs était réussi, puisqu’il l’avait annoncé « il voulait tuer le plus de policiers, des officiers blancs ».

Alors que se succèdent dans tout le Pays des mobilisations pour dénoncer les exactions policières contre la population afro-américaine, le rappeur Snoop Dog a réagi. Avec Calvin Broadus, autre rappeur californien, ils ont été reçus en privé, il y a deux jours par Charlie Beck, le chef de la police de Los Angeles et Eric Garcetti, le maire de la ville.

Devant la presse, les deux rappeurs ont expliqué leur démarche : «Nous devons prendre nos responsabilités en tant qu’êtres humains et accepter un rôle de faiseur de paix et de pourvoyeur d’amour et de changement à travers la ville ». Ce vendredi 8 juillet, la marche pacifique avait rassemblé plus d’une centaine de participants.

black lives matter

Samedi, on apprenait qu’un militant de l’organisation Black Lives Matter, a été arrêté à Bâton Rouge au Sud de la Louisiane, où est mort un vendeur de cd, abattu par un policier. Une arrestation qui survient dans une période de vive tension raciale aux États-Unis.

Dorothée Audibert-Champenois     Photo DM