Le réalisateur Michael Moore prédit l’élection de Donald Trump

Vues : 168
moore trump

Depuis plusieurs mois, il s’était fortement engagé contre Donald Trump, candidat des Républicains à la prochaine élection présidentielle américaine. Mais selon lui, Hillary Clinton a déjà perdu la bataille.

Michael Moore, le réalisateur des documentaires « Bowling for Columbine » et « Fahrenheit 9/11 », a publié sur son site un long texte dans lequel il donne 5 raisons pour lesquelles le candidat républicain, « misérable, ignorant, dangereux clown à mi-temps et sociopathe à plein-temps », sera le prochain président des États-Unis.

  1. Le basculement de la « Rust Belt »

La Rust Belt, la « Ceinture de Rouille », ce sont les États du Michigan, de l’Ohio, de Pennsylvanie et du Wisconsin,  marqués par le déclin de l’industrie. L’Accord de libre-échange nord-américain (l’ALÉNA), mis en place par Bill Clinton en 1994, a largement participé à la délocalisation des usines. Trump compte donc attaquer sa rivale sur son libéralisme, et conquérir le vote des plus pauvres en jouant sur la corde de la production industrielle locale.

  1. Le dernier combat de « l’homme blanc en colère »

Selon Michael Moore, l’Américain se sent en danger : « la domination masculine qui s’exerce depuis 240 ans aux États-Unis touche à sa fin ». La société s’étant multiculturalisée et surtout féminisée, Donald Trump symboliserait le baroud d’honneur d’une société blanche et patriarcale.

  1. Le problème Hillary Clinton

Le réalisateur estime que la potentielle future présidente est « très impopulaire et représente la vieille classe politique opportuniste. » Les jeunes générations ne se reconnaissent pas dans le combat de celle qui s’était engagée en faveur de la guerre en Irak. S’ils votent pour elle, ce serait sans enthousiasme et par défaut.

  1. Les électeurs de Bernie Sanders seraient déprimés

Les partisans de Bernie Sanders, anciennement en lice pour représenter les démocrates, voteront pour Hillary Clinton selon les derniers sondages, mais à contrecœur et donc sans motiver d’autres personnes dans leur sillage. La campagne tenant beaucoup sur l’enrôlement des indécis, ce serait un très mauvais point pour Hillary Clinton.

  1. L’effet « Jesse Ventura »

Jesse Ventura est un ancien catcheur devenu gouverneur du Minnesota. Il a été élu « pour voir », comme une bonne farce face au système. Selon Michael Moore, parce qu’ils veulent en finir avec le système politique, des millions de gens vont voter pour Trump non pas parce qu’ils sont d’accord avec lui, mais juste parce qu’ils sont simplement curieux de voir ce qu’il se passerait s’il était élu.

 

La victoire de Donald Trump serait très amère, internationalement. Surtout que l’individu a promis récemment « un contrôle extrême » des Français aux frontières, car la France, tout comme l’Allemagne, serait « totalement gangrénée » par le terrorisme.

 

Texte : Mickaël Léonce
Photo : Stephen Lovekin & Jim Ruymen