Le travail de la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy reconnu par les Britanniques et les Américains

Vues : 15619
euzhan-palcy

Plusieurs institutions et médias anglo-saxons ont mis la cinéaste martiniquaise, Euzhan Palcy, à l’honneur. Ils la placent parmi les femmes les plus importantes de l’histoire du cinéma.

Depuis le début du mois d’octobre le nom d’Euzhan Palcy n’arrête pas d’être citée par des institutions et des médias spécialisés dans le septième art. Dans son magazine Sight and Sound, le British Film Institute a publié une liste de 100 films dirigés par des femmes et que le public et les professionnels du cinéma ont oubliés. La Martiniquaise y est présente avec son premier film « Rue Cases-Nègres » (1983). Le magazine rappelle également qu’Euzhan Palcy a été la première femme de couleur metteur en scène d’un film grand public produit par Hollywood avec « Une Saison blanche et sèche » (1989). Le site et le magazine britannique Cinemajam placent la réalisatrice en quatrième position parmi les dix femmes « rebelles » et non-conformistes de l’histoire du cinéma. Euzhan Palcy se retrouve devant d’autres réalisatrices plus médiatisées comme Jane Campion et Sofia Coppola.

euzhan-palcy-et-felix-merine

Euzhan Palcy aux côtés de Félix Mérine, vainqueur TDY 2015

Le quotidien britannique Telegraph, cite Euzhan Palcy dans la liste des 34 femmes « les plus importantes, créatives et influentes » qui ont changé le cinéma à Hollywood. Pour ceux qui l’ignore la réalisatrice martiniquaise a commencé en France mais elle a effectué la majorité de sa carrière aux États-Unis. Cela s’explique par le manque d’opportunités dans l’Hexagone, une situation connue par tous les metteurs en scène et les acteurs noirs à l’époque. Elle a eue comme parrains le Français François Truffaut et l’Américain Robert Redford. Aux Etats-Unis, l’institution Turner Classic Movies (TCM) programme ce mois-ci 47 films réalisés entre 1912 et 2012 par des femmes. Euzhan Palcy figure dans la sélection intitulée « Les années quatre-vingt, un pas en avant », avec « Une Saison blanche et sèche ». Une reconnaissance de plus pour la cinéaste martiniquaise qui voit son travail mis à l’honneur dans le monde entier.

A.G

Photos : Euzhan Palcy