L’atteinte sexuelle sur mineur par pénétration est désormais un délit, tollé de réactions indignées

Vues : 3387

L’article 2 du projet considère désormais « l’atteinte sexuelle sur mineur (e) par pénétration » comme un délit et plus comme un crime. L’Assemblée nationale a voté en ce sens dans la nuit de mardi à mercredi, en première lecture, cet article particulièrement critiqué, sur la répression des infractions sexuelles sur les mineurs, et contenu dans le projet de loi de Marlène Schiappa.

Il y a eu 81 voix pour venant du camp LREM, La République en Marche, principalement, et 68 voix contre.

Près de cinq heures d’échanges parfois houleux ont été nécessaires.
La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a dit que l’article 2 « est ferme » et « protège mieux les enfants »

Tollé de réactions indignées

L’opposition à l’assemblée nationale a voté contre par 68 voix.

Des divisions sont apparues lors de ce vote. Par exemple, les communistes on dénoncé le « maintien d’ un halo d’ambiguïté » et les Insoumis ont dit de faire attention à ne pas envoyer de mauvais « signal à la société ».

Avant cela, on se souvient que 250 personnes avaient vivement réagi contre cet article en lançant une pétition #LeViolEstUnCrime.

« Monsieur le Président, vous ne pouvez pas faire du viol un délit. Supprimez l’article 2 » disaient les signataires, révoltés.

Ces médecins, psychologues ou encore associations estiment que cette minimisation de la gravité du viol, ouvre la voie à une déqualification massive des viols de mineur(e)s et met en danger les enfants.

Photo : LCP