L’économie bleue, un vivier d’emploi et un gisement potentiel de croissance pour la Martinique

Vues : 17
saint-pierre-vue-mer

Les activités liées à la mer et au littoral représenteraient au moins 11 350 emplois équivalents temps plein en Martinique, soit 11 % de l’emploi total. C’est ce qu’indiquent les premiers résultats d’une étude dont les conclusions intermédiaires ont été présentées ce jeudi 02 octobre en Préfecture aux acteurs de l’économie maritime, réunis sous la présidence conjointe du Directeur de la Mer et du Président du Cluster Maritime de la Martinique.

Cette étude, commandée par la Préfecture aux cabinets Acteon, Sce, et Créocéan, et co-pilotée par la Direction de la Mer, vise à mesurer l’importance sociale, économique et culturelle de secteurs emblématiques tels que la pêche et l’aquaculture, le transport maritime et les services portuaires, le tourisme, ou encore le nautisme et l’industrie navale. Les filières émergentes comme les énergies marines renouvelables, et notamment l’énergie thermique des mers, entrent aussi dans le périmètre de l’étude.

La phase de collecte et d’analyse de données se poursuivra dans les prochaines semaines, les résultats définitifs étant attendus pour décembre 2015. Les entreprises du secteur qui n’auraient pas été recensées à ce stade sont invitées à se faire connaître auprès de la Direction de la Mer : dm-martinique@developpement-durable.gouv.fr

L’étude a aussi pour objectif de déterminer le potentiel de croissance des activités maritimes dans les dix prochaines années. Ses conclusions ont vocation à orienter les politiques publiques de soutien au secteur, et constitueront le pilier économique d’une politique maritime ambitieuse et véritablement intégrée.

Photo : cartedemartinique.com


2 commentaires :

  1. Pierre

    Il faudrait alors recadrer sérieusement les pecheurs Martiniquais qui foutent leurs casiers partout et en grand nombre, ce qui entraine une disparition du poisson.
    Les mêmes pécheurs qui s’octroient l’usage exclusif des rampes de mise à l’eau pourtant financés par les communes comme par exemple a Ste-Anne.

Les commentaires sont fermés