L’économie de la Martinique en 2014

Vues : 5

À l’occasion de la conférence de presse donnée au siège parisien des Instituts d’Émission, le Directeur Général et le Directeur ont présenté une vue d’ensemble de la situation économique et monétaire de l’Outre-mer.

En 2014, la conjoncture dans les départements et territoires ultramarins a été plus favorable que l’année précédente, soutenue par une reprise du financement bancaire.

À la Martinique, après une année 2013 en repli, l’économie semble montrer quelques signes d’amélioration en 2014. Cette évolution est toutefois contrariée en fin d’année.

Alors qu’il était en amélioration depuis la fin de l’année 2012, l’indicateur du climat des affaires se détériore en fin d’année 2014. L’atonie de la demande et l’absence de perspectives pénalisent l’activité économique. Le marché du travail reste dégradé.

L’activité est contrastée dans la plupart des secteurs. L’agriculture et l’agroalimentaire enregistrent des résultats mitigés ; l’absence de projets d’envergure pénalise les secteurs du BTP et de l’industrie ; l’activité commerciale se dégrade en fin d’année. Dans le tourisme, la croisière connaît un regain de dynamisme, contrairement à l’hôtellerie qui tend à se détériorer.
En dépit d’une conjoncture morose, les concours des banques au financement de l’économie sont mieux orientés.

Cette évolution est en grande partie imputable aux entreprises, dont les crédits d’investissement progressent significativement en 2014, mais concernent, pour une large part, le renouvellement de l’outil de production plus que de nouveaux projets. Les ménages et les collectivités contribuent également à la hausse de l’encours, mais dans une moindre mesure.

Les perspectives pour 2015 restent peu porteuses, les professionnels prévoyant un repli sensible de l’activité en début d’année.

Pour en savoir plus sur : L’économie de la Martinique en 2014

Communiqué de l’IEDOM