Les commerçants du front de mer n’en peuvent plus des travaux du TCSP

Vues : 1242
commercants-fort-de-france

Si les Martiniquais étaient contents de voir circuler le TCSP, jeudi dernier, d’autres étaient agacés. Parmi ces derniers se trouvent les commerçants du front de mer de Fort-de-France qui en ont assez du chantier qui nuit à leur activité.

Beaucoup de personnes attendent avec impatience la fin des travaux concernant le TCSP, mais pas pour les mêmes raisons. Si certains ont trop hâte de le prendre d’autres souhaitent simplement la fin des travaux. Dans la deuxième catégorie se trouve les commerçants du front de mer de Fort-de-France. Ces derniers n’en peuvent plus de ces travaux, ils sont en détresse. C’est pour cela qu’ils ont créé un collectif, représenté par Mme Maguy Brival, pour s’adresser aux autorités afin d’exposer leurs problèmes. Voici un extrait de leur courrier :

« Le centre-ville de Fort de France se meurt et la capitale se vide notamment depuis début 2014 avec le démarrage des travaux du TCSP. Nous, les commerçants du front de mer de la ville subissons de plein fouet de par notre exposition les effets négatifs collatéraux.

Depuis le début des travaux sur le front de mer les commerçants ont recensé plusieurs problèmes liés au chantier TCSP : gêne et entrave à la libre circulation des chalands, difficultés d’accès aux commerces, non disponibilité de parking et des nuisances de toutes natures (coupures eau-électricité, bruit, poussière, …). La principale conséquence de cela est que les commerçant ont tous sans exception, « enregistrer une baisse de leur chiffre d’affaire pouvant aller jusqu’à 80%« .

« Nous avons saisi différentes instances afin d’obtenir des indemnisations pour les préjudices subis et surtout afin de maintenir notre activité dans les semaines qui viennent, mais aucune démarche n’a abouti par faute d’éligibilité, complexité des dossiers ou absences de réponses et/ou d’interlocuteurs. »

Le collectif souhaite une réunion d’urgence pour tenter de régler le problème car la situation est de plus en plus insoutenable. Si cela continue, certains devront licencier ou même tout simplement mettre la clé sous la porte. Ils craignent pour l’activité économique du centre-ville. Les commerçants espèrent qu’avec cette lettre ouverte leur souffrance sera entendue et que le nécessaire sera fait pour leur venir en aide. A suivre.

A.G