Les InvaincuS : Belle, militaire blessée, Sabrina raconte sa reconstruction grâce au sport

Vues : 3205

Témoignage bouleversant de Sabrina Daulaus, militaire, femme handicapée, athlète de haut niveau, chef de projet et humaniste.

Ce mercredi après-midi, il est 17 heures quand nous arrivons à la résidence officielle du Gouverneur des Invalides. Dans l’allée centrale, des jeunes militaires se déplacent, s’échangent des textos, s’amusent sur des vannes de garçons. Une femme élégamment apprêtée consulte son téléphone portable en souriant. Rien ne laisse douter qu’ils sont handicapés et qu’ils portent des cicatrices sur le corps. Pourtant nombre d’entre eux ont accepté de poser torse nu sur un calendrier InvaincuS, un défi, une nouveau challenge pour ces jeunes, mais anciens combattants devenus invalides de guerre.

Ce défi, c’est en grande partie celui de Sabrina Daulaus. Robe noire moulante, chaussures à lacets montantes, les cheveux noirs bouclés relevés, un décolleté plongeant, la militaire de l’armée de terre est toute en beauté pour la présentation du calendrier des militaires&blessés 2017-2018. L’occasion pour la jeune femme d’exposer son travail et celui de ses camarades militaires et de décrire les actions qu’elle envisage d’entreprendre avec les fonds qui sera « récoltés » à la vente des calendriers InvaincuS.

Nous l’interpellons sur son élégance et Sabrina nous répond l’air espiègle, que se faire belle est un moyen de se mettre en valeur : « une femme militaire blessée même handicapée, peut être jolie ! ».

Et Sabrina Daulaus très sérieuse se confie : « Ce que je regrette dans l’armée, c’est que l’on parle beaucoup des morts mais on ne parle pas assez des blessés, ni de ceux qui ont vu leur collègue décédé ou ceux pour qui le traumatisme sera toujours présent. Je trouve aussi qu’ils ne sont assez valorisés car ce n’est pas parce qu’on est handicapé, parce qu’on a des blessures qu’on ne peut plus rien faire. C’est tout le contraire, il y a certains militaires blessés qui se relèvent ». Et c’est le cas des militaires de l’Association (Les InvaincuS), qu’ils ont fondé parallèlement au lancement du calendrier sexy, portant le même nom.

Créer un tel calendrier c’est entreprendre mais c’est aussi participer à un hommage rendu à des hommes et des femmes, qui selon la jeune militaire « sont aussi beaux physiquement et » insiste Sabrina,  » n’oublions pas qu’ils ont donné leur corps pour la France ! »

Et Sabrina  Daulaus qui a associé son ami Sébastien Breissan à son entreprise de calendrier militaires&blessés, nous explique pourquoi certains ont « adhéré à ce projet » : «A partir du mois d’octobre, on en a parlé au Général Leroi (le délégué général de l’Association Solidarité défense). Nous nous sommes occupés de regrouper les modèles et en avril le shooting a commencé. L’idée, c’était d’avoir des photos qui mettent en valeur les corps donc hors de question de photos habillées. « On voulait des photos avec le torse nu, pour montrer les cicatrices, pour montrer les blessures et justement pour prouver que malgré cela, il y a beaucoup de charisme et de charme ».

Assumer ses cicatrices et son handicap ne sont pas les seuls moteurs pour réussir à se réinsérer. La jeune femme a depuis son accident pratiquer plusieurs disciplines sportives qui lui ont donné un nouveau ressort dans la vie : « Aujourd’hui, je suis championne de France de lancer de poids, intégrée dans l’équipe des blessés de Terre, j’ai pu partir aux États-Unis et j’ai ramené onze médailles d’or. Bientôt je vais partir à Toronto en septembre prochain pour les jeux réalisés par le Prince Harry (GB) les Invictus Games. »

Malgré sa résistance, la militaire motarde a subi un grave accident qui lui a valu deux ans pour se rétablir physiquement. Plusieurs opérations et une longue rééducation plus tard elle raconte : « Mon accident a eu lieu le 12 septembre 2012 dans le petit village de Garons, du côté de Nîmes, je me rendais à mon travail, j’ai eu un accident de moto. Le nerf de mon bras gauche a été sectionné, donc je suis paralysée du bras gauche. Tous les os de mon bras ont été fracturés. Gauchère, j’ai du tout réapprendre ».

La prise en charge n’est pas la même qu’on soit blessé en service ou hors service : « Chaque armée à son pôle de santé, donc, comme j’ai été blessée durant mon service, la Cabat (chargée des blessés de l’armée de terre) m’a prise en charge. Ils m’ont proposé les premiers stages de sport m’indiquant que malgré mon handicap, toutes les possibilités m’étaient ouvertes. A partir de ce moment là, ils m’ont proposé d’intégrer les blessés de l’armée de terre et cela a été un déclenchement de tout ce que j’ai aujourd’hui ».

Militaire et blessée dans l’armée de terre, c’est à se demander, si Sabrina ne regrette pas son ancienne vie de femme militaire valide, elle répond calmement : « Mon accident a été pour moi, une révélation, cela été pour moi le début d’une nouvelle carrière sportive que je n’aurai jamais eu si j’étais en service à l’armée ».

Un témoignage bouleversant de franchise qui s’adresse surtout aux militaires qui se battent chaque jour dans des zones dangereuses à travers le monde. La nouvelle sportive, ancienne militaire leur dit que « la vie ne s’arrête pas à l’instant T où l’on devient handicapé ou traumatisé ».

Sabrina Daulaus est l’exemple de ceux qui malgré leur souffrance physique et leurs blessures, se hissent chaque jour sur les plus hautes marches du succès grâce à leur volonté et leur ténacité.

Le calendrier les InvaincuS est vendu 10 euros  – Contact presse : Algayette Desjardins – 0662418925  Facebook InvaincuS  –  Solidarité Défense : Vincent Leroi, 24 rue de Presles 75015 Paris 0153696994

Voici un extrait du témoignage de Sabrina Daulaus qui nous décrit durant quelques minutes comment son destin s’est transformé après sa chute de moto dans le Sud de la France :


Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
images C’news Actus Dothy/Phlippe Margoni/Facebook SD


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *