Les jeunes entrepreneurs antillais déterminés à « Start Up Outremer Conférence 2016 »

Vues : 494
satart up outremer

Jean-Marc Nourel, le créateur de « Start Up Outremer Conférence » a un désir et il le communique à sa manière. Pour l’ancien étudiant en Bep Vente qui termine ses études à l’ISTEC et HEC, il est grand temps de montrer que « les martiniquais, guadeloupéens ou guyanais et leurs compatriotes ultramarins sont présents dans l’écosystème entrepreneurial en France au même titre que n’importe quelle autre communauté ». Son rêve ! que des personnalités de renom soient solidaires de son projet en faveur des jeunes entrepreneurs.

20160608_192955

Dans le deuxième arrondissement de Paris, au rez-de-chaussée d’un petit théâtre sur les grands Boulevards, Jean-Marc Nourel fondateur de « Start Up Outremer Conférence », s’affaire à l’entrée.

20160608_191604

Les premiers spectateurs-auditeurs arrivent. Il s’installe dans le décor rouge pourpre du Théâtre Comédie des Boulevards. Au sous-sol se prépare une Conférence qui est déterminante pour Jean-Marc Nourel. Son associée, Sarah Angèle, reçoit les intervenants de cet événement, accompagnée de Siti Benboina, jeune chef d’entreprise comorienne. Toutes deux, anciennes étudiantes de l’ISTEC, (école de commerce parisienne), habillent les conférenciers.

20160608_191039_001

Siti Benboina, installée depuis un an à son compte (Maison Udjuwa), propose ce soir d’accessoiriser les tenues, de foulards en soie, d’inspiration Est-Africaine.
La speaker Magalie Pedrono, originaire de Martinique, s’y colle la première.

20160608_191329

En régie, les détails sont dictés par Jean-Marc Nourel, l’ambiance sera feutrée, peu de lumière, seule une suite éclaire les intervenants et des transitions musicales sont prévues.

20160608_204848

Ce soir on parle Affaires de 19 à 22 heures. Ce mercredi 8 juin, plus d’une dizaine d’ultramarins vont discuter de leurs expériences ou de leurs premiers pas dans la vie économique française. Ce sont de jeunes étudiants de Commerce et aussi des moins jeunes choisis par l’équipe de « Start Up Outremer » pour leur capacité à convaincre des futurs entrepreneurs qui forment le public dans cette salle de 100 places.

20160608_195711

Loic Ledoux entre en scène pour un quart d’heure comme speaker. Il s’agira pour lui de conseiller et d’expliquer son parcours. Loïc martiniquais, est dans le domaine de la réalité virtuelle. Sa Start Up « Uranium », crée des avatars, des personnages réalisés en 3D, attractions privilégiées des utilisateurs de jeux vidéo. Les conseils de Loïc Ledoux ne tardent pas, c’est ce pourquoi son assistance s’est déplacée. Selon l’Entrepreneur d’une trentaine d’année, pour concrétiser et réaliser ses objectifs, il est impératif de savoir convaincre d’abord sa famille puis son entourage professionnel avant de se lancer. Il insiste sur l’urgence à progresser rapidement, à faire des bons choix et surtout, pouvoir réagir vite dans un domaine qui évolue très rapidement. L’intérêt est d’avancer sur des projets innovants.

20160608_194831

Le principe de Conférence à l’américaine, au Sein de la « Start Up Outremer » est née de l’imagination de Jean-Marc Nourel.
Pour ce martiniquais, d’origine lamentinoise, l’un des moteurs essentiels pour créer une « dynamique ultramarine »  en France, c’est d’aider et de donner l’ envie aux autres grâce à son propre parcours pour créer l’émulation et faire une spirale ascendante. Reste à persuader les jeunes issus des outremers qu’ils peuvent en s’unissant construire de nombreux projets, valoriser leurs idées, leurs projets, qu’ils peuvent aussi être créateurs d’emplois.

20160608_191202

Il ne s’agit pas seulement de motiver les martiniquais (nombreux dans la salle), les guadeloupéens, les guyanais, de métropole ou d’outremer mais aussi les expatriés. Des expatriés, dit Jean-Marc, qui « sont sur tous les continents, en Asie, en Amérique du Sud, du Nord, en Océanie, aux États-Unis. Encore une nouvelle idée, celle de Doris Nol, qui répertorie tous les ultramarins à travers le monde grâce à sa Start Up « www.caraibexpat.fr ».

20160608_192850

Les jeunes conférenciers de « Start Up Outremer » sont pour la plupart, issus des Écoles de Commerce, pour le jeune commercial ce n’est pas le plus important. Il cible tous ceux qui ont la volonté de créer un projet, il insiste sur l’action de « créer un projet » qui ne veut pas dire forcément avoir une Entreprise au final. Dans l’esprit de Jean-Marc Nourel, c’est avoir l’envie de développer un service et de s’offrir toutes les opportunités pour aller jusqu’au bout de cette idée. Le challenge peut être élevé car les retours financiers ne sont pas toujours à la hauteur des attentes mais quoiqu’il en soit, il faut garder le cap et persévérer.

20160608_191622

L’intérêt de cette rencontre est aussi de permettre aux acteurs économiques potentiels dans la salle de s’exprimer, et ce mercredi soir, la jeune Marie est heureuse de raconter comment elle a créé « Map In ». Jean-Marc lui accorde quelques secondes, qu’elle puisse présenter sa Start Up, accessible depuis une application mobile qui permet d’obtenir des informations touristiques partout sur la planète.

20160608_204436

David Poulin, est lui aussi entrepreneur. Ce jovial martiniquais, a travaillé dix ans et avant de découvrir un jour de se lancer dans l’épargne collaborative. Après avoir démissionné, David se lance et fonde sa première Start Up, « Money Box ». Ce n’est pas une idée nouvelle en soit mais le fait de dématérialiser cette tontine a un grand avantage. Les contributions se font plus facilement peu importe les distances.

20160608_205132

Carole et Pascale sont dans l’alimentaire pour étudiants peu fortunés, tous sont dans une dynamique sur le Net quand Magalie martiniquaise et bretonne à la fois, contrairement aux autres, sollicite une pause pour son « développement personnel, une envie de liberté, la volonté de redevenir physique ».

20160608_192835

Une thérapie bienfaisante pour mettre un frein au stress de celle qui a été récompensée en 2008 pour sa  Start Up  » RE-act ». Après ses classes dans une grande École de design à Nantes, elle crée une entreprise de recyclage de vêtement à la demande et obtient le 1er prix Génération Développement Durable. Un concours organisé par le magazine la « Recherche & Generali », et l’ADEME (l’Agence de développement et de maîtrise de l’Énergie).

20160608_204848

Ouvrir ses ailes c’est aussi savoir prendre des risques. Monter une entreprise, insiste Jean-Marc Nourel, c’est être conscient de n’avoir pas de rentrée d’argent à très court terme et qu’il faut donc s’organiser en ce sens. Bien souvent, les Start Up même les plus innovantes échouent et il faut repartir de zéro. Pas question de prononcer le mot échec. Les acquis sont tangibles, l’aisance et les réseau tissés rendent la suite plus favorable, résultat un ancien chef d’entreprise garde cette facilité à rebondir sur le marché, autrement.

20160608_192710

C’est le cas de Jean-Marc qui est redevenu salarié après dix ans d’expérience de dirigeant d’une Start Up. Depuis, il a réintégré une Société de paiement en ligne, il est commercial Mangopay. Pour le jeune antillais né en métropole, cette période d’entrepreneur actif reste une aventure humaine, qui aura permis au jeune décideur de rencontrer du « beau monde », une aventure personnelle déterminante. Le Bilan : une richesse individuelle qu’il va mettre au service des autres.

20160608_190950

Le parcours de Jean-Marc est un parcours classique, rassure t-il. D’un BEP vente, il poursuit avec un BTS Action commerciale et parcoure les bancs de l’ISTEC, une des plus prestigieuses écoles de commerce à Paris. Salarié dans la distribution informatique, le jeune homme décide de démissionner, un « ras-le-bol d’avoir un patron sur le dos ». Il réfléchit à une plate forme de crowdfunding pour trouver des fonds qui financeraient les projets des jeunes. Il crée un site de « financement participatif » pour les étudiants en France. Il est Patron d’ « Eduklab ».

20160608_184801

Une porte d’entrée dans le monde de l’Entreprise et dans un écosystème entrepreneurial qui le séduit
Jean-Marc a franchi un pas, a pris des risques.
« Paris, une ville pleine de connections » souligne le jeune informaticien, qui s’est inspiré de cette vie active et dynamique. Son objectif avec son organisatio, fédérer et faire converger toutes les forces créatives ultramarines grâce à « Start Up Outremer ».

20160608_191233

Les retombées de la première édition plus familiale, de « Start Up Outremer », ont été productives. En 2014, cinq entrepreneurs invités présentaient leur projet. Parmi eux, deux ont tenu leur pari, une société en ligne de Billetterie et de Service Culturel en lien avec la Caraïbe et une Start Up « Calipige » qui vend des maillots de bains. Une marque pour la baignade, dessinée et vendue par deux jeunes femmes associées, des maillots, aujourd’hui répertoriés dans les catalogues d’Air France et des Galeries Lafayette. 

13418554_833071813494611_3673890295708572872_o

Une troisième édition est envisagée sans doute en fin d’année 2016. Pour l’heure Jean-Marc Nourel nourrit son idée, faire participer certaines personnalités connues. Son rêve outre les Stars Internationales c’est aussi de recevoir des hommes ou des femmes ultramarin(e)s, pourquoi pas Harry Roselmack ? murmure t-il. Jean-Marc Nourel explique pourquoi :

Reportage Dorothée Audibert-Champenois     Photos Dothy A-Ch/S. Angèle