Les paroissiens de Martinique demandent des comptes à l’Archevêque

Vues : 45

Archevêque

Les paroissiens sont plus que jamais unis pour la réconciliation de leur Église étouffée depuis les révélations des prêtres martiniquais et des sanctions prises à leur égard. Ils se réunissaient d’ailleurs samedi dernier pour une marche de protestation dans les rues de Fort de France pour manifester leur désaccord avec les décisions de l’Archevêque. Loin d’en avoir terminé, ils demandent aujourd’hui directement à Mgr Meranville de se prononcer sur plusieurs zones d’ombres, et lui ont adressé une lettre:

Monseigneur,

Dans votre lettre aux diocésains du 22 février dernier, vous vous faites l’expression de « nombreux diocésains ». Plus nombreux encore sont ceux qui refusent d’être pris en otage par votre position, et sont dans l’incompréhension de la précipitation entourant les mesures disciplinaires prises par vos soins.

En réponse, nous vous posons les questions suivantes :

● Ces mesures assorties de l’accusation publique de cinq de nos prêtres, sont- elles conformes au droit de l’Église ?
● Que reprochez-vous exactement à ces cinq prêtres qui ont en conscience posé un acte, dont la gravité appelle nécessairement un profond discernement, motivé par le bien de la communauté ecclésiale ?
● Quelles raisons vous poussent à soutenir avec tant de vigueur la candidature à l’épiscopat d’un de vos collaborateurs, alors même que pour diverses raisons, elle jette un trouble manifeste dans le clergé et le peuple de Dieu ?
● Au regard de la fermeté actuellement affichée, comment comprendre votre manque de réaction lorsqu’à l’époque, un prêtre du diocèse reconnaissait dans un procès publique son homosexualité active devant vos représentants ? Nous vous invitons également à vous laisser interpeller par la qualité et les fonctions exercées par ces cinq ministres du diocèse, unanimement reconnus et appréciés. Il nous paraît difficile, comme vous le laisser entendre, de les taxer d’ambitions personnelles, qui les pousseraient à vouloir « barrer la route à un de leurs pairs ».

Ces événements interpellent les catholiques que nous sommes. Ils nous rappellent avec force que nous sommes héritiers par notre baptême, et non disposés laisser dilapider notre héritage. Nous sommes l’Église, cela nous confère la responsabilité d’être veilleur du dépôt de la foi en solidarité avec notre évêque et nos frères prêtres dans nos ministères de laïcs. Pour nous, le temps est venu de prier davantage pour ceux qui ont la charge pastorale de notre Église, tout en les assurant de notre vigilance pour dénoncer et ne pas accepter ce qui est contraire à l’Évangile et aux règles de notre Mère l’Église.
Enfin, nous prenons acte du respect qui vous anime envers les diocésains dont nous sommes. C’est pourquoi, en cette période où votre ministère de successeur des apôtres touche à sa fin, nous vous supplions de travailler plus que jamais à préserver l’unité du peuple dont vous avez encore la charge, dans une situation que permet notre Seigneur.
Au nom de la décence que vous revendiquez, nous vous demandons de permettre aux instances qui en ont la charge de faire la lumière sur les faits contenus dans le courrier diffusé, au lieu de simplement reprocher à ses auteurs sa publication involontaire. La manifestation de la vérité aura comme mérite de tordre le cou à tout fantasme ou accusation rampante, de sorte que ceux qui les portent soient, le cas échéant, démasqués et se taisent à jamais.
Nous prions notre Seigneur qu’il vous donne un clair discernement accordé à son dessein, par la grâce de l’Esprit Saint. Que toute chose soit faite pour la gloire de Dieu ! Réponse de diocésains qui partagent avec vous l’amour de l’Église de notre Seigneur.

Photo: Google Image