Les Saint-Martinois désespérés : «Insupportable ! Nous ne voyons rien venir!» Babette de Rozières sera leurs voix à l’Elysée

Vues : 460

Deux mois après le passage du cyclone Irma qui a frappé Saint-Martin, les interrogations sont nombreuses sur l’île. Nous avons pu joindre, hier, lundi 6 novembre 2017, Ingrid Mathurin, une habitante de l’île, témoin d’une situation critique et presque désespérante à Saint-Martin.

Si les ordures et branchages enlevés ont permis de rétablir les conditions d’hygiène acceptable sur l’île, la situation économique restes inquiétante nous dit-elle : « On rentre dans une période de transition, personne ne sait combien de temps cela va durer. Encore aujourd’hui, le représentant de la Collectivité est en discussion avec le premier ministre et on nous annonce des mesures, mais rien ne vient. Les assurances n’ont pas commencé à verser les primes ! »

Une situation intenable que tente d’expliquer la résidente à Hope-Estate (Nord-est de Marigot) :  « Qu’est-ce qui va se passer pour le reste de la population qui a vécu jusque là avec ses réserves ?
Ceux qui ont besoin de reconstruire ne le peuvent pas après deux mois, du point de vue social, c’est dur. Il y a des gens qui peuvent attendre, d’autres pas! » soupire Ingrid.

Pendant ce temps, à Paris des Collectifs s’organisent pour venir en aide aux habitants. Après l’importante mobilisation du collectif « Dans l’Action pour Saint-Martin »  puis le « concert Ensemble pour les Antilles » qui a récolté plus de 2,2 millions d’euros, c’est  Babette de Rozières qui monte au créneau pour les sinistrés de Saint-Martin en cette fin d’année 2017.

Connue pour son engagement à soutenir l’Outre-mer, à travers ses missions politiques ou culturelles, la chef de la gastronomie française a fait entendre sa voix dans la capitale.

A Paris, la chef Babette de Rozières a réagi en voulant faire une levée de fonds pour les habitants de Saint-Martin. Son idée : Faire un « déjeuner caritatif » dans les rues de Paris, pour aider ses compatriotes, victimes du cyclone Irma.

Mais le président Emmanuel Macron, lui a proposé mieux, en lui offrant spontanément son aide.

Pour le chef de l’Etat et son épouse, le « déjeuner caritatif » se fera à l’Elysée afin de « porter un message fort pour les Outre-mer ». Brigitte Macron et le président de la République participeront à cet événement dont « l’ensemble des recettes collectées par la Fondation de France, serviront à la reconstruction d’écoles à Saint-Martin ». pouvait-on dire dans de nombreux médias.

Deux mois après le cyclone dévastateur, à Saint-Martin l’état d’urgence s’achemine doucement vers la « phase de reconstruction » nous explique la guadeloupéenne Ingrid Mathurin qui vit sur l’île depuis plus d’une vingtaine d’années.

Pour Ingrid en chômage technique, la « phase de reconstruction sera  longue et difficile ». En activité partielle pour huit mois depuis que son hôtel est cassé, l’antillaise voit partir le personnel d’urgence (armée, pompiers, génie civil, croix rouge) pour secourir d’autres sinistrés dans la zone.

Et ingrid poursuit : « Si les commerces ouvrent « petit à petit , il y a encore beaucoup de grosses réparations qui nécessiteront plusieurs mois de travaux » nous confie le cadre hôtelier. «  Les salariés ne travaillent pas, socialement, c’est insupportable ! »

Les aliments de bases reviennent sur les rayons. Les supermarchés pas trop abîmés se réapprovisionnent mais « la population avance avec courage ». Et, témoigne Ingrid « on commence à sentir une certaine lassitude et aussi de la déprime. Regarder tous les jours, un environnement cassé, avoir une famille éclatée, soit parce que les enfants sont à l’école ailleurs, ou qu’un membre de la famille est loin, pour des raisons de santé, c’est dur ».

Aujourd’hui, c’est le premier ministre Edouard Philippe qui assiste à la reprise des cours sur l’île. La totalité des élèves ont repris ce lundi 6 novembre, le chemin des études. Un premier pas concret vers la reconstruction. 

En décembre prochain, la guadeloupéenne Babette de Rozières sera à l’Elysée, invitée par le Président de la République, Emmanuel Macron pour parler au nom des Outre-mer, au nom des victimes de la catastrophe cyclonique qui a dévasté les petites Antilles, y compris l’île de Saint-Martin.

Propos recueillis par Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Paris-Match(E. Macron)/C’news Actus Dothy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *