Les Soeurs Davis racontent leur jeunesse, leur militantisme dans une Amérique raciste

Vues : 545

Fania, est la moins connue des sœurs Davis, mais comme Angela elle est un membre actif dans le combat des Droits Civiques aux États-Unis. Elles ont vécu les horreurs raciales de l’Amérique. Les deux sœurs racontent leurs souvenirs, leurs luttes dans le magazine américain Yes (18/02/16). Dans une longue interview, elles reviennent sur des périodes d’espoir où tout semblait possible pour les militants qui luttaient contre l’oppression, le racisme, le droit des travailleurs et le Capitalisme dans une Amérique ségrégationniste.

racisme

Tout d’abord, Angela raconte comment très jeune, dès 10 ans, elle se rebellait contre l’Apartheid qui imposait aux gens de couleurs tant de restrictions de leurs libertés, les restaurants, les bus, les parcs d’attraction.
Un caractère bien affirmé, et soutenu par une mère qui d’une certaine manière lui insufflait sa façon de refuser la soumission, elle même une communiste activiste. Une famille installée au milieu d’un quartier blanc :  Dynamite Colline, et qui observait régulièrement les membres actifs du Ku Klux Klan harceler la population noire. Même si leur maison ne brûlait pas comme c’était le cas des autres familles dans le quartier, la jeune Angela se rappelle, les nuits où elle se levait pour vérifier si une bombe n’était pas dissimuler dans les buissons. Elle revoit son père, qui chaque nuit posait son pistolet dans le tiroir de la table de chevet.

Les deux jeunes filles qui ont grandi à Birmingham (Alabama) dans une atmosphère de terreur, confirme que les églises baptistes étaient incendiées tout le temps. Elles ont été témoins de  l’incendie de leur Église, La First Congregrational Church, l’Église où elles allaient prier. Angela avait 11 ans et Fania 7 ans.

angela davis 1

Leur engagement pour combattre ces injustices et discriminations commence à cette période. Une Amérique violente, oppressive et raciste contre la communauté noire.

Touchée en plein coeurLa petite Fania avait une de ses amies, Carole qui fréquentait l’école du 16ème Baptist Church dans l’État de l’Alabama. Le 16 septembre 1963, vers 10 heures du matin, une bombe  explose dans cette école baptiste de la 16ème rue. Cette attaque raciste a tué quatre jeunes filles, Addie Mae Collins, Cunthia Wesley, Carole Robertson et Carol Denise Mc Nair. Fania s’en souvient : « cela a alimenté le feu qui était en moi, le feu de la colère et cela a déterminer mon combat contre l’injustice avec toute l’énergie et la force que je pouvais avoir »
Nostalgique elles se rappellent de cette période où les noirs semblaient plus soudés. C’est une époque où elle croyait dans le changement révolutionnaire.

4 filles

Angela, de souligner, comment elle se sentait pistée,  où le Gouvernement la suivait, la harcelait par ce qu’elle était membre du Partie Communiste, qu’elle militait dans différents courants comme : le Black Puissance Radical, le Black Panther Party. Angela Davis et Fania des femmes activistes et communistes. Angela quitte les USA, avec ses idées révolutionnaires. Elle étudie en France, à la Sorbonne, en Allemagne, milite avec les étudiants en France et avec les jeunes socialistes en Allemagne. En 1968, elle a son Doctorat, elle enseigne à l’Université de San Diego (Sud de la Californie).

angela prison

Et puis, à partir du 7 Aoùt 1970, tout devient plus pénible. Angela est recherchée, elle devient l’ennemie public numèro 1. Le FBI la traque. Elle est accusée de la mort d’un juge, on la soupçonne d’avoir participé à l’évasion de trois prisonniers (dont George Jackson, un membre des Black Panthers). Elle rentre dans la clandestinité, puis arrêtée elle reste 22 mois en détention dans la prison pour femme dans Greenwish Village, à New York puis en Californie. Condamnée à mort elle est acquittée le 4 Juin 1972.
Fania, s’implique totalement dans la défense de sa sœur aînée. Fania, se souvient de la mobilisation générale dans le monde pour la libération de sa sœur Angela. En France, elle précise avoir rencontré 60 000 personnes, 20 000 à Londres, à Rome, en Allemagne de l’Est et à L’Ouest.

Elle rappelle que le mouvement était mondial, c’était l’époque ou tout était possible. Les Pays d’Afrique devenaient indépendants, les mouvements de libération étaient forts. Le temps de l’anti-capitalisme. Angela se dit heureuse d’avoir été présente, active à ce moment là.

angela

L’ainée des sœurs Davis, est une grande figure de l’histoire des noirs aux États-Unis, comme l’est Martin Luther King , Malcom X ou comme son aînée Rosa Parks. Militante des Droits de l’Homme, elle a écrit plusieurs livres dont  « Le goulag de la démocratie, « Femme, Race et Classe ». Angela Davis est professeure de Philosophie, elle enseigne aujourd’hui, l’histoire de la prise de conscience. À l’Université de Santa Cruz en Californie.

Dorothée Audibert-Champenois

®KristtinLitte