Les transporteurs VS CTM : rencontre tendue et menace de blocage

Vues : 1426

Hier (21 février), le ton est rapidement monté entre les représentants des transporteurs et ceux de la CTM. Certains parlent d’un véritable dialogue de sourds. Les négociations sont au point mort pour l’instant et les transporteurs menacent d’agir après le carnaval.

Tout avait pourtant bien commencé, les transporteurs avaient obtenu leur rendez-vous avec le président du Conseil exécutif, Alfred Marie-Jeanne et Louis Boutrin, conseiller exécutif chargé du transport. Mais très vite Le président du Conseil exécutif donne le ton de la rencontre. Sa priorité est de payer les employés de la CTM à la fin de chaque mois. Mais il reste ouvert à toutes discussions.

« J’accepte de recevoir tous les acteurs économiques et sociaux qui souhaitent nous faire part des difficultés qu’ils traversent et des contraintes qui limitent leurs activités […] Mais je ne saurai accepter les coups de force et les discussions sous la contrainte. Quand l’institution est paralysée se sont les personnes âgées et les personnes en situation de précarité, dont les dossiers ne peuvent pas être traités qui les premiers en pâtissent. Ce sont également les étudiants et les petites entreprises qui ne peuvent pas recevoir les informations ou les soutiens qu’ils attendent. » a-t-il déclaré en début de rencontre

Les transporteurs bénéficient d’une détaxe de 8 000 litres par an pour un camion. Elle était de 5 000 litres auparavant. Sauf que les transporteurs insistent sur le fait qu’ils disposent de 10 véhicules en moyenne et que chacun consomme 20 000 litre par an. Pour eux la détaxe est dérisoire. Le président indique que la Martinique bénéficie du gasoil le moins cher de France et de Navarre. Il préfère attendre que le nouveau dispositif fasse ses preuves avant de songer à le modifier.

Des débats houleux qui ont tourné court car de nombreux représentants de l’intersyndicale avait déjà quitté la salle de réunion. Les transporteurs doivent se réunir afin de tomber d’accord sur la suite des évènements. S’ils n’obtiennent pas gain de cause, la Martinique risque de connaitre de nouveaux blocages et de longues files d’attente dans les station-essence.

Regardez un extrait de la rencontre d’hier entre les transporteurs et la CTM :

« La Martinique va souffert » autre extrait :

A.G


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés