Lesandro, 15 ans, sauvagement assassiné par erreur

Vues : 12444

Il s’appelait Lesandro Guzman-Feliz et il avait tout juste 15 ans. L’adolescent  a été sauvagement assassiné mercredi dernier, 20 juin, devant une épicerie de New-York, dans le quartier du Bronx. Après avoir reçu plusieurs coups de couteau et de machette sur le corps, la victime trouvera la force de se relever pour se rendre lui-même à l’hôpital situé à proximité du lieu de son agression.

L’adolescent est malheureusement décédé à l’hôpital des suites de ses blessures.

Depuis les faits, cinq personnes ont été interpellées par la police grâce aux caméras de vidéosurveillance. Les agresseurs présumés de Lesandro Guzman-Féliz, sont des membres d’un gang dominicain (Trinitarios).

Les premiers éléments de l’enquête révèlent que la victime avait un casier judiciaire vierge et que ce meurtre s’apparente à une erreur d’identité ayant conduit les agresseurs à s’attaquer à la mauvaise personne, rapporte The New York Post.

La vengeance serait à l’origine de cette sordide histoire.

L’enquête révèle également que les membres du gang ont décidé de se venger suite à la publication d’une sextape sur Snapchat entre un jeune homme et la soeur de l’un des 5 agresseurs.

Après avoir sauvagement attaqué l’adolescent, les 5 individus prennent la fuite quand ils réalisent qu’ils se sont trompés de cible. Lesandro est mort pour rien, parcequ’il ressemblait à quelqu’un d’autre.  Plusieurs vidéos de la scène ont circulé sur les réseaux sociaux, le pire, c’est que personne n’a levé le petit doit pour aider la victime.

Lesandro se rendra à pied et en sang à l’hôpital Saint Barnabus, situé non loin de l’épicerie où il a été agressé. Malheureusement, il succombera à ses blessures.

Des centaines de personnes se sont rendues sur les lieux de l’agression à New-Yourk lundi, pour rendre hommage à l’adolescent, dont le meurtre brutal a suscité une vague d’émotion aux Etats-Unis.

C’est la rappeuse américaine Cardi B. qui a médiatisé cette affaire en postant sur Instagram, une photo de Guzman-Feliz à l’hôpital, dans les bras de sa mère. « Les rues du Bronx sont impitoyables » a-t-elle écrit à ses 25,9 millions d’abonnés.

Photos : Facebook