« Lettre ouverte à ma Guadeloupe chérie »


Publié dans : Journalistes, People
Mots clés : ,
Vues : 31

guadeloupe-cherie

« Lettre ouverte à ma Guadeloupe chérie » Par Nanouchka Louis

Guadeloupe chérie, j’ai fait un rêve. Celui de voir le jour où des journalistes dignes de ce nom daignent nous présenter des reportages pertinents…, percutants le dessous de l’iceberg plutôt que cultiver le superficiel de l’information…

Guadeloupe chérie, j’ai entendu beaucoup de critiques à ton sujet ces derniers temps. Il paraît qu’on dresse un portrait cataclysmique de toi sur les chaines publiques de M6

Guadeloupe chérie, il paraît aussi que certains de tes enfants refusent de se remettre en question face à ce portrait parce que leur seule préoccupation serait de sauver les apparences aux yeux de  » l’homme métropolitain »…

Guadeloupe chérie, ne les en veux pas. Ces pseudos journalistes, n’ont toujours pas compris que l’habit ne fait pas le moine… Et malheureusement, il existe encore aujourd’hui des « faibles » d’esprits, même parmi tes propres enfants, qui resteront les pantins vecteurs de ces clichés…

Guadeloupe chérie, le portrait dépeint de toi dans ce reportage constitue l’archétype même de la manipulation mentale des médias au 21ème siècle qui se prétendent « informatifs ». Oui ! Il y a de la violence dans ton sillage! Mais faut-il être Einstein pour s’en apercevoir ? Se servir de tels faits sociaux incontestables pour introduire une vision tronquée de la situation, n’est-ce pas une manière de masquer une autre réalité…???

Guadeloupe chérie, c’est bien facile de partir de constats alarmants, mais à quoi servent-ils sans explications, sans analyse concrète ? Pourquoi en es-tu arrivée là ??? Pourquoi de manière générale notre société en est arrivée là ??? S’il est de notoriété publique que ce climat de violence se répète partout et ailleurs dans le monde, qu’elles en sont les véritables causes ???

Guadeloupe chérie, ne t’en fais pas, l’esprit critique de certains de tes enfants est là pour te soutenir… Ils ont assez de discernement pour affirmer qu’il faut déjà commencer à arrêter de marteler les esprits des métropolitains, des touristes, etc., avec les mythes ou les fantasmes de l’île paradisiaque comme il se faisait au temps de l’esclavage !!!

Guadeloupe chérie, certains de tes enfants sont parfaitement conscients et au fait des problématiques qui t’animent…En revanche, ils savent bien que nos îles n’ont jamais été et ne sont jamais des paradis, eu égard à leurs lourds et dramatiques passifs historiques et à la conjoncture actuelle. « Aucune île n’est « un paradis ». Il faut être au moins Aimé Césaire ou carrément reporter à M6 pour penser qu’une île doive absolument être un « paradis »…. »

Guadeloupe chérie, certains de tes enfants n’ont pas l’esprit assez ouvert pour comprendre la dimension de ta gêne… Ils s’imaginent peut être que tu joues le rôle du « bouc émissaire », du « persécuté » dans un polard médiatisé… Mais il n’en est rien…

Guadeloupe chérie, s’ils savaient, ils ne te jugeraient pas aussi durement… Ils n’ont pas compris que leurs frères et sœurs les plus anticonformistes se sont posés les mêmes questions pour les portraits peu élogieux de leur tantes, Marseille et Corse… Oui, ils n’ont fait que constater la passivité dans laquelle la société française en générale accueillait cette réalité. Est-ce que, dans tous ces reportages, l’idée de s’intéresser aux spécificités locales des départements en ligne de mire leur a t-elle effleuré leurs esprits ??? Non, bien sûr que non…

Guadeloupe chérie, à mon adolescence, dans les rues de Pointe-à-Pitre je me souviens qu’il n’y avait aucun SDF alors que les ruelles de Paris en accueillaient déjà par centaines. On n’entretenait pas le culte de l’agression ou de la méfiance… Je n’ai jamais eu le souvenir de marcher la peur au ventre dans les rues de la capitale !!! Nous avons toujours été un peuple soudé…

Guadeloupe chérie, tu es terre de beaucoup de chose, mais tes enfants les plus fidèles savent que ce n’est pas de ta nature d’être une terre de violence.

Guadeloupe chérie, si le journaliste avait fait preuve d’ouverture d’esprit et d’anticonformisme, il aurait pu alors se pencher sur la chronologie des évènements qui nous ont conduits à certaines dérives actuelles. Il aurait ainsi été capable de poser les bonnes problématiques, comme par exemple celle de « l’assimilation culturelle : ses dérives et répercussions », « des effets du conditionnement collectif » au lieu d’introduire, de reproduire de façon abrupte inlassablement les peurs et les craintes dans l’inconscience du téléspectateur français, comme on le faisait déjà à la révolution française dans les campagnes, on parlait alors de régime de « Grande peur » ou durant l’esclavage avec par exemple les expositions universelles des races « exotiques ».

Guadeloupe chérie, comprendre et savoir expliquer les problématiques, mettre en évidence ou proposer des solutions, plutôt que de s’arrêter à un constat de base… Là nous aurions eu droit à du véritable journalisme… un authentique et fidèle portrait de toi…

Guadeloupe chérie, je n’ai pas vu le reportage qui t’incrimine et très sincèrement cela ne m’intéresse vraiment pas… Car c’est du « vu » et « déjà vu »… Ce sont des rengaines que l’on nous sort fréquemment sur la Guadeloupe et autres départements sensibles…Aucune innovation en la matière…

Guadeloupe chérie, tout ce que je sais de toi c’est qu’après t’avoir colonisé, torturé, tenté d’acculturer à souhait et offert des équipements, des armes, etc., on a martelé la conscience de tes enfants avec des principes mondialistes importés.

Guadeloupe chérie, comme partout ailleurs, la richesse est devenue source de conflit et de jalousie. C’est le propre de l’homme.

Guadeloupe chérie, tout ce que je vois en toi, c’est un peuple insulaire qui, au delà de son passé historique, reproduit malheureusement les dérives de la SOCIETE MONDIALISTE, du CAPITALISME actuel.

Guadeloupe chérie, tout ce que je comprend de toi, c’est que ce n’est pas uniquement toi qui est victime de la manipulation psychologique que l’homme actuel a accepté de subir comme par exemple le harcèlement publicitaire, les clips violants, immoraux, les injustices sociales, judiciaires, les dysfonctionnements du système économique en lui même, etc., qui sont les vecteurs sources des maux de la société actuelle.

Guadeloupe chérie, comment expliquer qu’il n’y ait aucune de publicité qui vante à longueur de journée les mérites des actions positives, de l’altruisme, du partage, de l’entraide, des dons aux associations caritatives ? Pourquoi notre législateur français n’a pas instauré une grille de moralité, plus de temps pour valoriser les actions positives sur nos antennes TV, radio, etc. ? Au lieu de cela, on nous pourri la vie constamment, 24H/24 à la radio, sur les médias sociaux, à la télévision sur l’obligation, sur le besoin d’acheter acheter, acheter …encore acheter… On entretien les frustrations des classes sociales… les peurs … La société de consommation poussée à son apogée !!!

Guadeloupe chérie, pourquoi la société actuelle fait fit de plus en plus des concepts de partage, d’altruisme. Le culte de l’argent est de plus en plus présent… etc. Comme pour Christophe Colomb qui nous avait apporté la maladie, les principes capitalistes amènent avec eux toutes ses dérives.

Guadeloupe chérie, ce n’est donc pas tant le fait de regarder ou non ce type de reportage qui pose problème ou l’établissement d’un portrait peu flatteur. Ce qui pose problème c’est que cela ne choque plus beaucoup de personne de constater un tel manque de professionnalisme même pour 90 minutes…

Guadeloupe chérie, ce qui pose problème c’est que ce type de journalisme ne cherche même plus à comprendre la raison d’être des problématiques… Il ne prend même plus le temps de poser et d’expliquer les bonnes problématiques que rencontrent toutes les filles de la FRANCE.

Guadeloupe chérie, ce qui pose problème c’est que ce type de journalisme s’adresse à une grande majorité de la population qui ne savent même plus pourquoi le monde ne tourne pas rond…

Guadeloupe chérie, ce qui pose problème c’est que le fossé se creuse de plus en plus entre le peuple et la science de l’information… On occupe désormais les esprits avec des informations de plus en plus futiles, ludiques ou peu abouties et on les utilise comme tranquillisant social, de sorte que certains en sont à arrivés même à croire et / ou accueillir tous types de vérités abruptes sans rien chercher à comprendre…

Guadeloupe chérie, ce qui est le plus désolant c’est que certains esprits ont l’air complètement anesthésiés… Ils estiment que tu as bien mérité ton sort… Ou ne mesurent pas l’impact psychologique que ce type de reportage cause à ton économie déjà en crise et en plein développement…

Guadeloupe chérie, ce qui est le plus navrant c’est que certains esprits m’ont l’air GRAVEMENT endormis… Ils estiment qu’on ne peut pas espérer mieux d’une chaîne publique d’information !

Guadeloupe chérie, j’en profite alors pour faire philosopher tes enfants, si l’esprit critique de certains le leur permet encore…Accueillir un mode différent ou erroné de pensée, accueillir des informations abruptes c’est une chose… Mais s’en contenter et y adhérer sans comprendre pourquoi, là c’est grave …

Guadeloupe chérie, Il y a aussi l’art et la manière de présenter les choses… Ce que le reportage aurait alors dû observer, au delà de cette « épidémie de violence »qui gagne le monde, c’est alors ta capacité à résister à cette acculturation à travers l’authenticité de tes combats sociaux et leur caractères pionniers, de tes valeurs, de tes coutumes, de ta cuisine, de tes friandises, de tes sorbets, et de manière générale de ta culture qui est toujours restée aussi intacte, etc.

Guadeloupe chérie, ne soit pas déçue, à l’ère où le culte du superficiel est roi !!! Ne soit pas déçue à l’ère où l’idéal est de formater l’individu !!! Ne soit pas déçue à l’ère où il n’y a rien de mieux qu’un conditionnement collectif. Ils n’ont pas l’intelligibilité de montrer du droit les véritables dysfonctionnements de la société antillaise et de la société française en générale…

Guadeloupe chérie, saches que dans mon cœur, je t’aime et je n’ai pas peur de vivre à tes côtés !