« L’excès de bruit nuit » : Les manifestations culturelles et autres en danger ?

Vues : 72

Les organisateurs de soirées ont de plus en plus de mal à travailler en Martinique. Tout le monde se souvient encore du ras-le-bol de Mickaël Léton il y a quelques mois. Voici un sms qui circule sur les réseaux sociaux et qui s’inscrit dans la même lignée que les propos tenus par l’organisateur de soirées.

L’excès de bruit nuit …

Tout le monde est d’accord là-dessus. Toutefois vouloir faire la chasse systématique à certains types de musiques, certains jours symboliques, est-ce logique ?? Quelques personnes semblent utiliser la nuisance sonore pour falsifier notre histoire et faire pénétrer des moeurs, des coutumes occidentales en prétendant ne pas supporter les moindres décibels provenant de chants de coqs, de rires trop généreux, de sons de tambours même lors de commémoration importante comme le 22 Mai date historique pour nous.

Là où cela devient pénible, c’est quand des Martiniquais font le jeu de ces personnes au lieu de s’opposer à l’instrumentalisation du bruit.

Sous couvert de vouloir lutter contre la pollution sonore, ne devenons pas les otages de « personnes » sélectionnant le bruit qu’elles ne sauraient comprendre. Nous appelons nos compatriotes à prendre conscience des obstacles de plus en plus inquiétants que nous rencontrons et qui feront disparaitre notre culture. Exemple en date une Martiniquaise condamnée à payer 10,000€ pour nuisance sonore pour avoir fait deux évènements: Un cantique et un 22 Mai autour du tambour.

Le tout avec la complicité de la mairie de Sainte-luce qui s’est portée partie civile dans le dossier.

Les Martiniquais doivent tous être garants de nos coutumes…. Parallèlement le 14Juillet est fêté en métropole avec des avions de chasses, des feux d’artifices, des fanfares….bien plus bruyant que deux tambours !!!

Le collectif des eusses et coutumes de la Martinique

 

La femme en question s’appelle Maryse, elle a fait appel de la condamnation. Jugement le 12 Novembre !!

 


3 commentaires :

  1. AVC

    En matière de nuisance sonore la loi et très claire : tout établissement diffusant de la musique amplifier de façon régulière « plus de 12 fois par an » dois produire une étude d’impact sonore aux autorités compétentes ARS, mairie et préfecture.
    Dans le cadre de soirée privée, la responsabilité des émergences sonores éventuelles incombe aux propriétaires de la salle qui accueille l’événement.
    Dans le cadre de la personne qui a été condamnée à 10.000€ d’amende sur quelle base la justice a prononcé ce verdict, car en l’absence d’étude produite soit par L’ars soit par le propriétaire de la salle, comment définir si les émergences ont été dépassé.
    Je suis dubitatif.

  2. pierre

    C’est dingue !
    Le fait qu’un citoyen veuille profiter d’une soirée au calme chez lui sans entendre de bruit vous paraît exagéré !!!!
    Un blaireaux sur la plage avec sa sono de merde fait chier tout le monde vous semble normal
    La Martinique est le royaume des individualistes, chacun pense à son petit confort sans penser aux autres

  3. FOUMIROUGE

    Vous le dîtes bien, il y a des périodes où une soirée devrait être tolérée.
    Le seul bémol, ce sont les décibels.
    Il fait vraiment agir dans ce sens pour ce contrôle. Il y a trop d’abus d’où les réactions des riverains.
    De plus, même si la période s’y prête pourquoi ne pas informer les voisins et riverains ? Certains pourraient choisir de dormir chez des parents ou auront le temps de s’acheter des boules quiès.
    Bref le savoir vivre exige des efforts de chaque partie.

Les commentaires sont fermés