L’huile de cannabis traite avec succès les enfants épileptiques et autistes

Vues : 615

Le 22 janvier dernier, un neurologue canadien, le Docteur Carmant a présenté, devant les médias, les résultats de ses recherche sur l’épilepsie chez les jeunes enfants. Selon le magazine en ligne Journal de Montréal, le chercheur, pionnier dans ce domaine, a mis en place un protocole pour traiter des jeunes épileptiques avec de l’huile de cannabis.

Ces patients sont âgés de cinq à six ans. C’est le médicament de la dernière chance pour ces enfants épileptiques, pour bénéficier du traitement, il faut que les enfants aient essayé en amont, sans succès, cinq médicaments anti-convulsifs.

Lors de cette conférence de presse, le docteur Lionel Carmant a déclaré : « Je peux leur expliquer les effets secondaires et les avantages. L’usage de la marijuana est très fréquent et il faut comprendre pourquoi autant de jeunes l’utilisent. Je sais que ce sont souvent des enfants dépressifs et anxieux. »

Cette année 2018, le traitement du docteur Lionel Carmant fête sa première année d’existence et il compte déjà un « miraculé ». Les soins consistent en un traitement à base d’huile de cannabis sans effet euphorisant. Un remède de la dernière chance qui est donc positif : « Il y a certains patients qui ne font plus de crises, annonce le Dr Carmant. Des enfants arrêtent de convulser, ils ont un meilleur contact et plus d’interactions. »

Kemyth, 17 ans, est un de ces miraculés, son traitement a changé sa vie. Sa mère, Myriam Ambroise (Ci-dessus), lui met sur la langue un millilitre d’huile de cannabis par jour. Les crises d’épilepsie sont finies, à l’école et à la maison.

Sa mère explique comment le traitement à l’huile de cannabis a amélioré la santé de son fils : « Avant, il disait des mots, maintenant il fait des phrases » raconte la mère de l’adolescent : « C’est un miracle ». Mais cette huile, le cannabidiol, coûte chère à la famille de Kémyth qui débourse 200 dollars par mois pour acheter le produit.

D’autres familles n’ont pas cette chance de payer ce coûteux traitements et on dû renoncer à soulager leurs enfants : « Je trouve dommage que des enfants n’aient pas accès à ce traitement en raison du coût. Il faudrait que ce soit payé par le gouvernement ».

Pour l’instant les recherches du docteur Lionel Carmant continuent : « Les enfants qui font de l’épilepsie ont aussi des retards de développement (TDAH, Autisme)* et on remarque que parfois leur état s’améliore. Est-ce que c’est la diminution des crises ou l’effet de l’huile, c’est difficile à dire pour l’instant », affirme le neurologue qui continue ses investigations.

TDAH : Le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est un trouble neurobiologique caractérisé par soit, un déficit de l’attention, soit une hyperactivité et une impulsivité, ou les deux.

AUTISME : Appelé le « trouble du spectre de l’autisme » est un trouble d’origine neurobiologique, caractérisé par un développement anormal ou déficient de l’interaction sociale et de la communication ainsi qu’un répertoire considérablement restreint d’activités et d’intérêts.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter


ImagesNewsweed/Healthcare –  Journal montage-images : Dothy