Loi Travail : nouveau recours au 49-3

Vues : 191

Mardi 5 juillet, face à l’Assemblée nationale, Manuel Valls a de nouveau engagé la responsabilité du gouvernement sur le projet de loi Travail, faute de majorité sur ce texte contesté au même moment dans la rue par une douzième mobilisation.

Le Premier ministre Manuel Valls a de nouveau déclenché le 49-3 dès mardi après-midi pour forcer l’adoption du projet de loi. Selon lui, le projet de loi « a fait l’objet de larges concertations », a-t-il déclaré sous les huées des bancs des Républicains. « C’est un texte de progrès, un texte de progrès social ! ».

Manuel Valls a renvoyé dos à dos les députés « frondeurs » du Parti socialiste, qui ont refusé dès la première lecture de voter ce texte malgré une ultime tentative de compromis, et l’opposition de droite. « Nous constatons une alliance des contraires, une alliance des conservatismes et des immobilismes », a-t-il lancé. « Mon gouvernement est déterminé à avancer parce que les stratégies des uns et des autres (…) ne doivent pas bloquer le pays. »

Sans attendre la fin de l’allocution de Manuel Valls, plusieurs députés de droite ont quitté l’hémicycle.

Dans la rue, la manifestation contre la loi Travail a rassemblé entre 6 500 et 7 500 personnes à Paris, selon la préfecture de police, la CGT avançant de son côté le chiffre de 45 000 participants. Des chiffres en recul par rapport à la précédente journée : le 28 juin, la police avait recensé, sur le même trajet, entre 14 et 15 000 manifestants et les syndicats, 55 000.

Partout en France, les manifestations de ce mardi contre la loi Travail auraient rassemblé environ 30 000 personnes en France, selon les chiffres de la police. 108 rassemblements et défilés en province auront réuni un total de 23 000 manifestants, précise Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

 

Texte : Mickaël Léonce
Photo : AFP Alain Jocard