Londres : E.Sy Kennenga entouré d’artistes caribéens présente son dernier opus « Carnet de Voyage d’un solda Lanmou »

Vues : 177

« Piti pas à piti pas » j’ai fait ma carrière dans la musique, souffle amusé l’interprète de « Lov adan tjè mwen ».

Après un Live à L’Olympia à Paris, la réalisation d’un DV et la sortie de deux albums, E.Sy Kennenga est, ce dimanche 3 décembre 2017, au Nord de la capitale anglaise. Son objectif avec deux artistes de la Caraïbe, Mandee Singer et S.Rise (ci-dessous à droite), « mettre en surchauffe » la salle de spectacle de l’Under Solo à Camden Town.

E.Sy Kennenga a traversé l’Océan Atlantique. 8000 kms, de sa résidence guadeloupéenne au Royaume-Uni, pour faire l’honneur aux immigrés antillais (anglophone, francophone, créolophone), de clôturer l’année 2017 avec eux. Un concert à l’Under Solo, soigneusement pensé.

E.Sy Kennenga n’était pas seul sur scène, ce dimanche soir, ce sera la barbadienne Mandee Singer

Et le guadeloupéen S.Rise avec son album Strong qui l’accompagnaient ce dimanche pour un concert de quatre heures.

Les deux artistes antillais qui vivent à Londres, ont  été choisis pour se produire en ouverture du concert d’E.Sy Kennenga, à l’Under Solo à Camden Town au Nord-Est de Londres.

E.Sy Kennenga a réussi ce challenge, de créer une ambiance caribéenne à Londres et de pouvoir rencontrer les antillais installés ici, en Grande Bretagne. C‘était le souhait, de Celita Suares, la responsable de Red entertainment, qui est aussi la manager du chanteur S. Rise et  des organisateurs du concert, tous membres de Londondsquad, Teddy Montet, Sarah Brucy ou Stella Lucien.

« Célébrer lanmou, Don’t be Afraid », le chanteur guadeloupéen, avec humour, a expliqué d’où il tire son inspiration : «  Deux événements m’ont marqué : Un gros Poil (un chagrin d’amour), oui cela m’arrive aussi ! (dit E.Sy en souriant) et les attentats terroristes en Europe ».

Sur scène, le martiniquais a chanté des titres en créole de son répertoire mais surtout ceux de son dernier tube : « Carnet de Voyage, d’un soldat Lanmou ». L’antillais nous a confié entre autres, qu’il mettait une dernière touche à son prochain album où il interprétera des chants en anglais.

Très connu aux Antilles, E.Sy veut s’ouvrir à des programmes plus larges et il nous explique ce qu’il attend pour sa carrière : « Quand je dis m’ouvrir à l’International, j’entends, participer à des festivals dans différents pays du monde. Je souhaiterais donner une dimension internationale à ma carrière, j’ai envie d’aller plus loin, de progresser ».

« Ce que je souhaite, c’est de pouvoir chanter à Londres, qui est une capitale internationale. J’aime ce pouvoir de fédérer, de rassembler la communauté, d’unir la diaspora qui vit ici. »

« Pour moi, c’est logique, de jouer en Angleterre. A Londres, dans cette grande capitale anglaise, ma communauté me soutient et m’aide à entrevoir une carrière à l’international. Ce que fait, le groupe Londonsquad, en promouvant notre culture, s’accorde avec mes projets d’albums ».

Des projets qui sont suivis de très près par son manager, Mustaf Kennenga (à gauche) et son chef de projet Gérald Joseph-Alexandre. Pour aider au mieux la carrière du chanteur, son équipe est très mobile et se déplace régulièrement des Antilles à l’Europe, pour accompagner et organiser les concerts d’E.Sy Kennenga.

« L’idée, c’est de revenir pour poser des sons avec des artistes antillais qui sont installés à Londres. Je souhaite être plus visible dans les réseaux, les médias londoniens. Londres, mais aussi d’ autres capitales européennes sont notés dans l’agenda de l’artiste antillais. Il n’annonce pas encore les dates, mais son prochain voyage en 2018 à Paris, sera son prochain déplacement. La promotion de son dernier album « Carnet de Voyage d’un solda lanmou » continue.

Un album qui sera officiellement présenté, la semaine prochaine, vendredi 15 décembre prochain. Des tournées sont prévues, des concerts, en France métropolitaine mais aussi aux Antilles. Son souhait, conquérir d’autres continents, l’Afrique, l’Amérique et pourquoi pas l’Asie.

Mais la Martinique, reste l’étape privilégiée des tournées d’E.Sy Kennenga, un artiste qui ne fait « pas que des tournées », il nous parle de ses actions sur le terrain « au Pays », qui peuvent être des projets humanitaires, des projets sociaux ou de musique : « Peu importe où on est, on travaille pour le Pays ».

Participer au projet de l’association «  Relais pour la Vie », permettait de faire une collecte de fonds pour la lutte contre le cancer. C’était les 21 et 22 octobre dernier en Martinique.

E.Sy est de Fort-de-France et du Lamentin, (communes de  « sa Martinique »).

Très jeune il apprend la guitare et amorce une petite carrière musicale, il n’a que cinq ans. Puis jeune homme, E.Sy Kennenga part en métropole où il étudie l’infographie multimédia à Bordeaux. Ce qui l’aide beaucoup, il apprend à réaliser ses clips, ses pochettes d’album. Une nouvelle corde à son arc. Depuis, le jeune martiniquais entame une carrière qui décolle (en Europe) sûrement « Piti pas à piti pas » comme il aime le dire mais, fait partie des artistes antillais, de grande valeur, qui progressent vite.

Notoirement connu aux Antilles, E.Sy Kennenga compte également de nombreux fans.

Dans un message en créole, le martiniquais, assurait qu’il enverrait de :  « la bonne vibration, pour passer un bon moment »  à l’Under Solo dans Camden Town. Gagné ! selon les spectateurs interrogés dans la salle.

Camden Town, il est 22 heures, dehors, le thermomètre affiche cinq degrés.

Ecoutez E. Sy Kennenga, il est de passage à Londres, l’artiste martiniquais était en concert ce dimanche 3 décembre à Londres. Mandee Singer de la Barbade et S. Rise de la Guadeloupe ont fait l’ouverture du show :

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


Images C’news Actus Dothy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *